tous les dossiers(1)

Mark Zuckerman, compositeur : Le 11 septembre et la musique

Il y a tout juste cinq ans, le 11 septembre 2001, trois avions civils projetés contre le World Trade Center et le Pentagone, tuaient en direct quelques milliers de personnes, montrant au monde entier combien, face au terrorisme et à des idéaux que nous ne comprenons pas, nos vies peuvent paraître fragiles. Tout le monde a en mémoire ces images terribles, maintes fois retransmises par la télévision : le traumatisme « post-11 septembre » comme on aime le qualifier, a modifié profondément notre vision du monde. Les Arts se sont fait l’écho de cette triste révolution : le cinéma, la télévision, les arts plastiques ont pris acte du « nouvel ordre mondial ». Mais la musique dans tout cela?

Les compositeurs à s’être emparé de cette tragédie pour la mettre en musique sont rares. Comme si les plaies ne s’étaient toujours pas refermées et que la musique, de par sa puissance émotionnelle, risquait de réveiller des souffrances endormies. Comme si également, faire du 11 septembre un matériau de création (voir une création tout court pour Stockhausen) était une forme d’outrage.

Un compositeur américain, , a pourtant eu le courage de commémorer cette tragédie en écrivant pour un quatuor à cordes une élégie bouleversante à la mémoire de victimes des attentats : In memoriam September 11, 2001. Ecrites entièrement en mesures irrégulières – en 7/2 – ces longues mélopées retranscrivent avec une rare intensité non seulement ce que les familles des victimes ont du vivre, mais ce que tout et un chacun a pu ressentir à la vision des ces terribles images. Conscient de la force de cette musique, le compositeur a réarrangé son œuvre pour orchestre à cordes, amplifiant par ce procédé l’émotion, renforçant l’impact d’une musique auparavant écrite pour un ensemble intimiste. Le second mouvement de son quatuor à cordes est ainsi devenu Shir Kinah : Elegy for victims of terrorism.

n’est pas un compositeur reconnu : il nous a fallu visiter de nombreux site Internet avant de tomber, complètement par hasard sur le site de ce compositeur déjà très expérimenté. Etudiant à la prestigieuse Julliard School puis à l’Université du Michigan, au Bard College et à l’Université de Princeton, il a eu comme professeurs David Epstein, George B. Wilson, Elie Yarden, Milton Babbitt and J. K. Randall. Il a remporté de nombreux prix, enregistré et publié de nombreuses pièces, enseigné à Princeton et Columbia et rédigé de nombreux articles en théorie de la musique et en MAO (Musique Assistée par Ordinateur).

Pendant sa carrière, Mark Zuckerman a forgé son propre langage, à mi-chemin entre l’écriture tonale et le dodécaphonisme, pratiquant parfois la modalité (notamment en utilisant le mode octatonique) : Shir Kinah : Elegy for victims of terrorism en est un magnifique exemple. Son œuvre est souvent hantée par la religion juive et la musique yiddish : la religion lui a inspiré de nombreux petits chefs d’œuvre qu’il serait dommage de ne pas découvrir. Le compositeur a également rendu un hommage séduisant au poète Robert Desnos dans Ménagerie pour flûte, soprano et piano.

L’enregistrement et la partition de Shir Kinah : Elegy for victims of terrorism sont écoutables et téléchargeables en libre accès sur son site Internet, comme quelques autres de ses œuvres. La liste des disques qu’il a édité y est également disponible.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.