tous les dossiers(1)

La vie amoureuse de Ravel : tout un roman

À emporter, Livre, Romans et fiction

Le cygne de Ravel. David Lamaze. Editions Michel de Maule, Paris. 256 pages. 18 Euros. ISBN : 2-87623-196-4. Dépôt légal : Août 2006.

 

Bien que cela n’apparaisse dans aucun témoignage d’époque, aucune biographie, aurait-il été un grand amoureux ? Aurait-il dissimulé dans plusieurs de ses œuvres le prénom de sa dulcinée ? C’est en tout cas ce dont est persuadée Agathe Diallo, héroïne de ce roman. Etudiante en musicologie et en classe d’harmonie au conservatoire, elle se passionne pour le compositeur, et se met en tête de résoudre coûte que coûte l’énigme de sa vie amoureuse, dont elle est convaincue d’avoir entendu la preuve dans ses œuvres.

L’intrigue de ce roman est amusante, audacieuse … elle interpelle et donne envie d’en savoir plus. La trame est en fait constituée de trois parcours narratifs : la quête parfois périlleuse d’Agathe, des extraits (romancés puisque mis en forme et dialogués) de la vie de Ravel, et une partie d’échec dont on ne comprendra la raison d’être qu’à la fin. Construit comme un film policier, avec trois parcours croisés dont celui du véritable héros, Ravel, cet ouvrage est donc prometteur. Malheureusement, David Lamaze n’est pas un romancier. Si l’idée est intéressante, la plume n’est pas vraiment littéraire. Comme d’autres, il se heurte à l’écueil si difficile du roman fondé sur une réelle recherche historique et musicologique et sur des faits réels. Les dialogues manquent de fraîcheur et de spontanéité, le souci du détail confère souvent une certaine lourdeur du propos, le manque de descriptions donne un aspect artificiel au récit. Le lecteur est alors tenté de considérer cet ouvrage comme un ouvrage musicologique très documenté et instructif, présenté d’une façon légèrement romancée. Mais on se heurte alors au problème de la précision historique. Peut-on réellement considérer que Ravel a caché le prénom de celle qu’il aimait dans plusieurs de ses œuvres ? L’exercice est un peu périlleux, et l’auteur le démontre lui-même. Peu à peu, au fil du livre, l’aspect roman reprend le dessus et devient – malgré tout – captivant … Les notes de fin, les sources musicologiques et adresses Internet qui y sont citées donnent finalement le ton de cet ouvrage, sorte de clin d’œil musicologique, de réelle quête historique qui ne se prend pas au sérieux.

Roman amusant, Le Cygne de Ravel intéressera les musiciens et musicologues, sans vraiment les convaincre.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.