tous les dossiers(1)

Tribune Libre pour Suzanne Chaisemartin

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Charles-Marie Widor (1844-1937) : Symphonie pour orgue n°4 op. 13  ; Eugène Gigout (1844-1925) : Minuetto et Toccata ; André Fleury (1902-1995) : Variations sur un Noël bourguignon ; Alexandre Guilmant (1834-1911) : Introduction et variations sur un Noël ancien polonais op. 60  ; Marcel Dupré (1886-1971) : Chemin de la croix op. 29 (extraits), etc. Compilation de pièces d’orgue. Suzanne Chaisemartin, aux orgues de Saint-Sulpice et Saint-Augustin de Paris, et Saint-Etienne de Caen. 1 CD Aeolus AE 10461. Notice trilingue (français, anglais, allemand). Durée 74’53’’.

 

« Tribune libre » : beau jeu de mots, à double sens. On aurait, certes, pu dire « carte blanche » à , mais le mot « tribune » évoque tant de choses aux organistes, depuis les vibrations jusqu’aux odeurs de vieux bois, en passant par les objets qui encombrent cet endroit, en général des tas de partitions et de chaussures de toutes sortes.

Notre dernière rencontre avec cette grande artiste remonte à deux ou trois ans en arrière, aux claviers de Saint Sulpice à Paris, à l’occasion d’une visite au grand Cavaillé-Coll, sur l’invitation de Daniel Roth, toujours si accueillant à sa tribune. Elle était là, à ces claviers illustres, intacts, immenses, et pourtant tout à fait à l’aise, préparant pour un proche concert la Symphonie-Passion de son Maître .

On ne pouvait être que subjugué par autant de maîtrise et de musicalité : la tradition des Widor et Dupré toujours bien vivante. Et l’on retrouve cette ambiance de tribune ressentie ce jour-là dans le présent enregistrement : déjà l’interprète prend la parole en de courts commentaires, mais qui sont un fil d’Ariane, reliant les diverses œuvres. L’organiste se déplace de tribune en tribune : Saint Sulpice, l’orgue de son Maître, Saint Augustin, l’orgue de son propre titulariat, et Saint Etienne de Caen, souvenir de ses premiers enregistrements. Trois orgues qui comptent beaucoup dans sa vie d’artiste et de concertiste. Que nous propose-t-elle ? Widor pour commencer, bien sûr à Saint Sulpice, avec sa quatrième symphonie. Quelle allure ! Quel jeu ! Soutenu par une prise de son parfaite d’équilibre ; et l’on sait les problèmes inhérents à Saint Sulpice pour pendre les micros au bon endroit en allant se balader sur les corniches latérales, vrai travail de funambule où le vertige n’a pas sa place.

Chaque commentaire replace l’orgue proposé dans la carrière de l’organiste. On se laisse guider, et c’est bien agréable. Saint Augustin fut l’orgue de Gigout, on retrouvera avec plaisir sa fameuse Toccata.

Le disque se termine par un retour à St Sulpice avec le Placare Christe Servilus de Dupré, mais avant et en bonus, nous est proposé un enregistrement de soi-même sur son orgue de salon de Meudon : improvisations captées pour la radio française en 1950. Document rare, où l’on entend Dupré sur son orgue, et en improvisations : c’est curieux, et passionnant à la fois. Bel hommage rendu à son Maître par l’une des dernières élèves à porter haut et fort le flambeau de cette célèbre « Ecole Dupré ».

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.