tous les dossiers(1)

Brahms génie symphonique accessible à tous ? Oui c’est possible …

À emporter, CD, Musique symphonique

Johannes Brahms (1833-1897) : Les 4 Symphonies ; Variations sur un thème de Haydn ; Orchestre philharmonique de Berlin ; Direction Wilhelm Furtwängler ; 3 CD WFG/SWF 062-4 ; enregistrements radiophoniques monophoniques de 1947à 1957 ; Durées : 70’47 ; 78’45 ; 55’21. Texte de présentation traduit en Français.

 

A première vue, ce coffret d’allure peu séduisante, a tout pour paraître assommant. L’intégrale des symphonies de Brahms, œuvres difficiles d’un compositeur très sérieux, dirigées par un chef allemand des plus exigeants et avec l’ dont le sérieux et la rigueur en font peut être le meilleur du monde, le tout dans une prise de son mono du début des années cinquante ! Diffusé en 2006 il n’est critiqué qu’aujourd’hui, certainement aussi en raison de ces a priori très regrettables.

Faisons amende honorable, ces CD diffusés par la société sont tout simplement prodigieux. Dès l’exposition du thème des variations sur un thème de Haydn, suivi par cette suite d’incroyables variations, le ton est donné : nous sommes en présence d’une somme tout à fait considérable. Un Tout qui permet d’approcher la compréhension du génie ; génie à la fois du compositeur et de l’interprète, un chef lui-même compositeur, à la tête d’un orchestre dont le ton et le style sont parfaitement idiomatiques. Et la prise de son également, certes avec ses limites, concentre notre attention sur l’essentiel : la musique et sa structuration. Rien ne nous ferait quitter cette tension incroyable qui naît de l’écoute attentive de ces œuvres difficiles car refusant la séduction, mais grandioses.

Impossible de tout détailler sans lasser, mais semble dominer chaque œuvre de très haut. Il a une compréhension de l’ensemble des symphonies (alors que les enregistrements ne sont pas chronologiques et n’ont pas été conçus comme une intégrale), de chaque symphonie. Chaque mouvement s’équilibre avec les autres et par-dessus tout, son sens du phrasé et du détail permet une écoute extrêmement confortable des subtilités de la partition. Une fois que l’oreille est habituée à la prise de son, excellente pour l’époque, elle n’en retire que les avantages ; à savoir une concentration sur le fond et un oubli du superflu. Les nuances très fines du chef sont parfaitement rendues, des pianissimi à peine audibles, jusqu’à des forte impressionnants, mais sans jamais saturer (le final de la 2° symphonie !).

L’émotion est souvent au rendez-vous, mais c’est surtout l’intelligence de ces partitions qui nous est offerte par des interprètes vraiment hors du commun. Le chef bien évidemment, mais aussi l’, qui est d’une virtuosité confondante avec une beauté des sonorités, surtout des cordes et des cuivres, tout à fait envoûtante.

Voilà un coffret à conseiller aussi bien à ceux qui veulent s’aventurer dans l’univers particulièrement complexe des symphonies de Brahms, qu’à ceux qui les connaissent bien et découvriront ça et là des choses assez inouïes. Tout est ici réuni pour que l’aventure soit inoubliable.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.