Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Le temps des cerises pour Impressing the Czar

Danse , La Scène

Paris. Théâtre national de Chaillot. 18-VI-2009. Ballet Royal de Flandres : Impressing the Czar. Chorégraphie : William Forsythe. Musique : Thom Willems, Leslie Stuck, Eva Crossman-Hecht, Ludwig van Beethoven. Décor : Michael Simon. Costumes : Férial Münnich. Son : Bernard Klein. Avec les danseurs du Ballet Royal de Flandres, direction : Kathryn Bennetts

Ce que ne peut plus faire depuis qu’il a quitté le Ballet Frankfurt, le Ballet de Flandres l’a fait ! Reprenant le foisonnant Impressing the Czar, ballet fleuve créé en 1988, la compagnie dispose de l’effectif pléthorique nécessaire (46 danseurs !)

Le ballet déroule une mystérieuse intrigue, à la recherche d’une paire de cerises dorées. Sur un parquet marqueté, fous, bouffons et écolières anglaises poussent les pions de cet intriguant rébus. Quelques danseurs en costumes d’époque revisitent le répertoire classique en ayant enclenché la touche «accéléré». Marque de fabrique du chorégraphe, les éclats et les fulgurances gestuelles font de cette première partie un véritable feu d’artifice !

Sous l’énigmatique titre In the middle somewhat elevated, qui désigne la paire de cerises dorées désormais accrochée aux cintres, se cache la pièce maîtresse du ballet, l’un des chefs d’œuvre de Forsythe. Cette pièce intense, purement abstraite, demande une maîtrise physique et rythmique absolue. Certes, les solistes du manquent un peu de cette excellence technique, de la souplesse extrême et de la nonchalance (dans les relâchés) des créateurs du rôle, mais ils emportent l’adhésion. Dans ce brillant exercice de style en émeraude et noir, on remarque tout particulièrement Aki Saito, Wim Vanlessen et Alain Honorez.

Après une vente aux enchères éminemment baroque, le délire foisonnant entamé dans la première partie poursuit sa route. Travestie en écolières anglaises, jupette plissée, chemise blanche et perruque, la compagnie en entier se lance dans une sarabande endiablée. C’est impressionnant ! Rythmes percussifs signés , parcours en diagonale ou circulaires, on reste baba devant l’efficacité de ce mouvement perpétuel.

Plus de vingt ans après sa création, Impressing the Czar demeure un medley emblématique du Forstyhe des années 80 – délire et virtuosité, fantaisie et abstraction – pour le plus grand plaisir du spectateur d’aujourd’hui !

Crédit photographique : © Johan Persson

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.