banclefsdor2017

Giselle : Couleurs d’automne à l’Opéra Garnier

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Paris. Opéra Garnier. 24-IX-2009. Ballet de l’Opéra national de Paris : Giselle. Livret de Théophile Gautier et Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges. Chorégraphie (1841) : Jean Coralli et Jules Perrot, transmise par Marius Petipa (1887), adaptée par Patrice Bart et Eugène Polyakov (1991). Musique : Adolphe Adam. Orchestre Colonne, direction musicale : Kœn Kessels. Décors : Alexandre Benois, réalisés par Silvano Mattei. Costumes : Alexandre Benois, réalisés par Claudie Gastine. Avec Aurélie Dupont (Giselle), Nicolas Le Riche (Albrecht), Karl Paquettte (Hilarion), Marie-Agnès Gillot (Reine des Willis) et les danseurs du Ballet de l’Opéra national de Paris.

Pour l’ouverture de la saison du Ballet de l’Opéra de Paris à Garnier, rien n’a changé en ce début de l’ère Nicolas Joël, si ce n’est l’ouverture d’une boutique de souvenirs de luxe dans la galerie Halévy. La première distribution de Giselle, et , se tire admirablement de cette énième reprise du plus romantique des ballets français.

L’inaltérable duo Dupont/Le Riche a la lourde tâche d’incarner une nouvelle fois Giselle et Albrecht dans l’inamovible décor d’Alexandre Benois. Les deux étoiles s’en tirent admirablement, avec une fraîcheur souriante et avec les expressions d’une fougue amoureuse (bisous volés dans le cou) qui insuffle un peu de modernité à son interprétation. Espiègle, Aurélie Dupont est tout aussi délicieuse quand elle est prise en faute par sa mère à trop danser qu’elle est hallucinée dans la scène de la folie, à l’issue de laquelle Giselle succombe dans les bras de sa mère. La pantomine n’est en revanche pas le fort de , qui peine à incarner le rôle d’Hilarion, le garde-chasse, au début du premier acte.

Seul morceau de bravoure du premier acte, le pas de deux des vendangeurs est assuré dans cette distribution par , Premier danseur, et , Sujet, une danseuse d’origine argentine engagée dans la compagnie en 2003. Le couple est fade et mal assorti. Un peu maniéré, exécute parfaitement sa partie. n’a pas l’âge du rôle, mais déploie des bras incomparables et beaucoup de métier. Du côté des ensembles, les pas de huit sont impeccables, brave aux maîtres de ballet Clothilde Vayer et  !

, hiératique dans le rôle de la Reine des Willis, porte à elle seule le début du second acte. , éthérée et , dans une interprétation plus sobre que celle de la vendangeuse du premier acte, sont les deux Willis qui entourent la Reine, chassant sans pitié toute présence masculine autour des esprits de ces jeunes filles mortes la veille de leurs noces. Tout au long de ce deuxième acte, dans l’exceptionnelle unité du corps de ballet, réglée au millimètre près, on sent là encore l’excellence française de la compagnie et la maîtrise et la rigueur des deux maîtres de ballet. Rien n’est superflu dans ce ballet toujours aussi fascinant 168 ans après sa création.

Noble prince en lutte avec le fantôme de Giselle, Nicolas Le Riche est émouvant dans son pourpoint à crevés. Torturé par les Willis, en Hilarion a plus de chair dans ce second acte. Par l’économie et la sobriété de leur jeu, Nicolas Le Riche et Aurélie Dupont parviennent à incarner l’essence même de Giselle. Aurélie Dupont, légère, semble littéralement voler. Prodigieux et elliptique, Nicolas Le Riche se rapproche chaque jour un peu plus de Noureev, comme un papillon naissant d’une chrysalide. C’est un grand danseur, à son apogée.

Crédits photographiques : Aurélie Dupont et Nicolas Le Riche, Julien Benhamou Ludmila Pagliero et Sébastien Thibault dans Giselle © Julien Benhamou

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.