85 ans de Pierre Boulez, les certitudes d’un parcours

Concert, La Scène, Musique symphonique

Paris, Salle Pleyel. 27-V-2010. Olivier Messiaen (1908-1992) : Appel interstellaire (extrait de Des canyons aux étoiles) ; Béla Bartók (1881-1945) : Musique pour cordes, percussions et célesta (IIe mouvement : Allegro) ; Anton Webern (1883-1945) : Cinq mouvements pour quatuor à cordes op. 5 (mouvements1, 3 et 5) ; (1885-1935) : Quatre pièces pour clarinette et piano op. 5 ; Edgar Varèse (1883-1965) : Octandre ; Claude Debussy (1862-1918) : Nuages (extrait des Nocturnes) ; Arnold Schœnberg (1874-1951) : Cinq pièces pour orchestre (pièces n°2 et 3) ; Maurice Ravel (1875-1937) : Une barque sur l’océan (orchestration de Claude Debussy) ; Igor Stravinsky (1882-1971) : Le Sacre du printemps (de la Glorification de l’Elue à la fin). , ses «pours et ses «contres», essai de portrait par les musiciens de l’ et de l’. Conception et textes : Eric Picard. Modérateur : Jean-Pierre Derrien.

Paris, Salle Pleyel. 28-V-2010. Luciano Berio (1925-2003) : Quatre dédicaces (IV : Encore) ; Elliott Carter (né en 1908) : Anniversary ; Franco Donatoni (1927-2000) : Tema (extrait) ; Karlheinz Stockhausen (1928-2007) : Klavierstück V ; (1923-2006) : Kammerkonzert (mouvement n°3 : Movimento preciso e meccanico) ; György Kurtag (né en 1926) : Stele op. 33 (mouvement n°2 : Lamento – Disperato, con moto) ; Pierre Boulez (né en 1925) : Notations III et II ; Jean-Baptiste Robin (né en 1976) : Distances (création mondiale) ; Helen Grimes (née en 1981) : Virga (création française) ; (né en 1961) : Concertate il suono. Ensemble Intercontemporain, Orchestre de Paris, direction : Pierre Boulez

C’est en deux concerts, et deux mois après la date prévue, que l’ et l’ rendent hommage au Maître pour ses 85 ans. Double célébration qui voit les jalons majeurs, selon Boulez, de la création musicale tout au long du XXe siècle, pour se terminer sur trois œuvres qui ouvrent ce nouveau millénaire.

Curieusement le concept de l’extrait est opposé à cette perfection de la forme caractéristique de notre homme. Quelques minutes de Berg par ci, quelques autres de Stravinsky par là, un bout de Berio, un bout de lui-même, … L’idéal aurait été peut-être une série de concerts sur plusieurs jours retraçant tout le répertoire du chef-compositeur (depuis Mozart), mais l’ampleur de la tâche, qui aurait réquisitionné tout l’arsenal musical de Paris, n’est pas de mise en ces temps de rigueur budgétaire.

Pour le premier concert, un aperçu du «premier XXe siècle» est présenté par l’Orchestre de Paris et l’Ensemble Intercontemporain. On ne peut que regretter ces extraits, tous admirablement défendus, mais qui laissent sur notre faim. Dans ce florilège, citons l’excellente prestation des membres de l’Intercontemporain dans les Pièces pour quatuor de Webern et les Quatre pièces op. 5 de Berg, ainsi que la performance de l’Orchestre de Paris dans les extraits de Debussy, Schœnberg, Ravel et Stravinsky, qui nous font retrouver l’art de chef d’orchestre. En seconde partie, un très curieux «essai de portrait» conçu par Eric Picard (violoncelle solo de l’Orchestre de Paris), sorte de pièce de théâtre autour de la vie de Boulez, faite de faux reportage, de second degré et d’extraits musicaux… d’esthétiques radicalement opposées, le tout entrecoupé d’un entretien en direct du compositeur avec Jean-Pierre Derrien. Un spectacle touchant, véritable témoignage d’estime des musiciens, mais qui pêchait par un certain manque de vivacité. Nous y retrouvons un Boulez qui n’a rien perdu de son aplomb : «Vous avez déclaré à votre départ pour Baden-Baden en 1966 : la radio, des ignorants dirigés par des incapables. Diriez-vous la même chose aujourd’hui ?» / «Je ne sais pas… Je n’ai plus écouté la radio depuis».

Le lendemain, suite et fin de ce concert-fleuve, consacré à la seconde moitié du XXe siècle et au début du XXIe. On y retrouve les «amis» de Pierre Boulez, Berio, Boulez, Donatoni, Kurtag, Carter, Ligeti et bien sûr Boulez lui-même. Le voisinage d’œuvres de circonstances de Berio et Carter face à des chefs d’œuvres consacrés (Kammerkonzert de Ligeti, Klaviertück V de Stockhausen, superbement interprété par ) se fait au détriment de ces premières. Fin en apothéose de ce XXe siècle avec Pierre Boulez dirigeant deux de ses Notations, la n°II, scherzo virtuose, bénéficiant d’un bis. Les choix du chef-compositeur pour la partie «XXIe» laissent dubitatifs. Distances de Jean-Baptiste Robin ne prend guère de distances avec ses références passées (Varèse, Boulez et Ligeti) et Virga d’Helen Grimes, partition hédoniste à l’orchestration ravélienne, est dans la lignée du clinquant britannique actuellement de mise. La présence de était naturelle, puisqu’il a été soutenu et défendu à ses débuts par Pierre Boulez (il lui doit la composition de l’Offertoire du Requiem pour le Réconciliation, composé par 14 compositeurs en 1995 pour les 50 ans de l’Armistice de 1945). Mais pourquoi avoir choisi Concertare il suono ? L’œuvre joue avec la spatialisation de l’orchestre, impossible à rendre dans la configuration de Pleyel. La polyphonie, qui se devait d’être aérée du fait de la distance, devient massive et illisible. Dommage. Commencé en apothéose, ce cycle Boulez «un certain regard» finit sur une note d’insatisfaction.

Crédit photographique : Pierre Boulez © Dieter Nagl

Imprimer
Mots-clefs de cet article

Les commentaires sont fermés.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.