tous les dossiers(1)

Zaderatski, Lourié, rares, russes, révélés

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Vsevolod Zaderatski (1891-1953) : Mélodies (premier enregistrement mondial). Arthur Lourié (1891-1966) : Deux berceuses ; Mélodies Grecques ; Le Rosaire ; Suite Japonaise. Dimitri Chostakovitch (1906-1975) : Six Romances sur des textes de poètes japonais op. 21. Verena Rein, soprano. Jascha Nemtsov, piano. 1 CD Hänssler classic « Profil » PH10005. Enregistré à la DeutschlandRadio Kultur à Berlin en février 2009. Notice et poèmes en anglais et allemand. Durée : 74’55’’

 

Les Clefs Resmusica

Après le premier enregistrement mondial des Préludes (1934) de et en attendant de découvrir les Préludes et Fugues qu’il composa au goulag sans piano et avec des moyens de fortune, le pianiste poursuit son exploration de ce compositeur par un choix de mélodies interprétées par la soprano , qu’il complète de manière pertinente par des cycles d’ et de Chostakovitch.

Quand en 2004 le conseil scientifique du Conservatoire de Moscou se réunit pour entendre des œuvres de Zaderatski, la plupart n’avaient jamais été jouées. La conclusion unanime fut que Zaderatski faisait partie des plus grands compositeurs russes de son temps. Les mélodies enregistrées en première mondiale datent des années 1930 et 1940. Le large spectre expressif du style Zaderatski, tour à tour lyrique, dramatique, mystérieux, confirme que le compositeur se situait effectivement au-dessus de la mêlée.

est un autre cas de compositeur talentueux et curieusement oublié. Né en 1891 dans l’actuelle Slavgorod en Biélorussie (et non à Saint-Pétersbourg comme cela est généralement indiqué), il aura tout changé dans sa vie tout, tout le temps : de nom, de religion, de nationalité, de femme, et plus grave que tout pour l’appréciation de ses contemporains, d’esthétique musicale ! Il naît Naum Israelevitch Luria, devient Arthur Sergueïevitch Lurye quand il se convertit au catholicisme puis francise son nom en Arthur Vincent -en hommage à Van Gogh – Lourié. A Saint-Pétersbourg alors qu’il est déjà une étoile du futurisme russe, il abandonne femme et enfant pour la poétesse Anna Akhmatova. Celle-ci venait de rencontrer un premier grand succès avec la parution d’un recueil de poèmes et elle allait devenir une des grandes figures de la littérature russe et de la résistance au stalinisme. Le Rosaire (1914) est le premier cycle de mélodies qu’un compositeur ait écrit sur ses poèmes. Il fuit la dictature soviétique en 1922, s’installe à Paris en 1924 et y travaille jusqu’en 1941 d’où il s’exilera pour les Etats-Unis, pour échapper cette fois à l’occupation nazie. Stylistiquement, il explore tour à tour le dodécaphonisme, le néo-classicisme, le néo-folklorisme et la musique minimale. Les œuvres choisies ne couvrent pas cette évolution, mais elles montrent déjà une singulière diversité d’ambiance : la simplicité et la douceur des Mélodies Grecques sur des textes de Sapho tranche sur la pâleur incantatoire du Rosaire, l’intimité grave de Berceuse (deuxième des Deux Berceuses de 1921, sur des textes d’Akhmatova) ou la recherche exotique de la Suite Japonaise.

Les Six Romances sur des textes de poètes japonais op. 21 de Chostakovitch, composées juste après son premier opéra Le Nez et durant l’écriture de Lady Macbeth de Mzensk, montrent un compositeur entièrement lui-même alors qu’il n’a pourtant que 25 ans. Et Lourié et Zaderatski tiennent bien la comparaison en face du grand Chostakovitch.

La qualité artistique de l’entreprise aurait mérité une traduction en français, d’autant que le texte du livret en anglais et allemand permet de bien comprendre l’apport de cette publication. La chanteuse a toutefois eu la bonne idée de publier les mélodies en russe sur son site. et signent mieux qu’un disque important, ils ont réalisé un disque révélateur, qui enrichit notre perception de l’histoire de la mélodie et de la musique russe.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.