Fondation Bettencourt megaban2018

Fidelio sans chef à Munich

La Scène, Opéra, Opéras

Munich. Nationaltheater. 21-XII-2010. Ludwig van Beethoven (1770-1827) : Fidelio, opéra en deux actes sur un livret de Joseph Sonnleithner revu par Georg Friedrich Treitschke. Mise en scène : Calixto Bieito ; décor : Rebecca Ringst ; costumes : Ingo Krügler ; lumières : Reinhard Traub. Avec : Steven Humes, Don Fernando ; Wolfgang Koch, Don Pizarro ; Jonas Kaufmann, Florestan ; Anja Kampe, Leonore ; Laura Tatulescu, Marzelline ; Jussi Myllys, Jaquino. Chœur de l’Opéra national de Bavière (chef des chœurs : Sören Eckhoff) ; Orchestre de l’Opéra d’État de Bavière ; direction : Daniele Gatti

Nikolaus Bachler n’a pas toujours réussi ses nouvelles productions depuis qu’il dirige l’Opéra de Munich, mais l’habilité programmatique de ce nouveau Fidelio est presque diabolique, tant tout est là pour créer l’événement : une nouvelle production d’un grand classique germanique, unissant le ténor le plus populaire du moment, une Leonore aimée du public depuis sa Senta de 2006 et le plus «scandaleux» des metteurs en scène actuels, le tout à la veille de Noël, entre les inévitables Traviata, Bohème et Flûte donnés chaque année à la même période. La production précédente, un travail passe-partout parfait pour les besoins courants d’une maison de répertoire, datait de 1999 et était signée par  : malgré le souvenir inoubliable qu’y a laissé , il faut bien convenir que le temps était venu de passer à autre chose.

On s’en doute, n’a que faire d’amener sur scène les lumières de Noël – ce qui n’empêche pas que la beauté plastique de la production, comme souvent dans son travail, n’est pas peu aidée par des lumières d’une exquise délicatesse, signées comme souvent par Reinhard Traub. Ces lumières et le décor d’une stupéfiante beauté et d’une grande virtuosité de Rebecca Ringst sont, à vrai dire, l’élément le plus intéressant de cette nouvelle production : l’idée fondamentale de la production, celle du labyrinthe intérieur plus emprisonnant que la prison elle-même, y est bien plus présente que dans la direction d’acteurs. On n’en voudra certainement pas à d’avoir supprimé les dialogues pour les remplacer par quelques textes littéraires en général très brefs, mais la direction d’acteurs, notamment dans la première partie, n’atteint pas les profondeurs de l’âme humaine que ce point de départ théorique promettait d’éclairer ; le fait que le personnage de Florestan soit visiblement celui qui a le plus intéressé le metteur en scène explique sans doute cette faiblesse.

La réalisation musicale de la partition n’est pas toujours à la hauteur de la beauté visuelle du spectacle. La faute en revient largement au chef , hué à Milan, hué à Salzbourg pour Elektra cet été, hué déjà à Munich pour Aida, et malgré tout toujours réengagé. Sa direction ne se contente pas d’être sans imagination : les sonorités lourdes qu’il affectionne ne donnent pas même l’illusion de la profondeur, et la manière dont il ralentit arbitrairement certains passages ne serait qu’une afféterie sans importance si elle ne mettait pas en péril les chanteurs. La première victime en est , qui lutte visiblement pendant tout son air, déjà si difficile en lui-même, pour ne pas laisser derrière elle l’orchestre censé l’accompagner. On ne peut qu’imaginer ce que sa très belle voix pourrait donner avec un chef capable de la stimuler : ce soir, son interprétation était bien trop timorée pour emporter l’adhésion, tant ce rôle a besoin de façon criante d’une forte personnalité en plus d’une grande voix.

L’autre rôle féminin, à vrai dire, est chanté de façon encore plus transparente : Laura Tatulescu, dont le personnage n’a à vrai dire visiblement pas beaucoup intéressé le metteur en scène, est membre de la troupe de la maison, à qui l’intendant Nikolaus Bachler semble souhaiter vouloir confier des rôles un peu plus importants que par le passé : la réussite, jusqu’à présent, n’est guère au rendez-vous. Certes, son collègue a beaucoup plus de présence, mais avec une diction et une prononciation qui laissent à désirer. C’est pourtant sans conteste du côté masculin que viennent les bonheurs de la soirée : on pouvait s’y attendre avec le Florestan de , que les Parisiens avaient déjà pu applaudir en 2008 dans le spectacle de Johan Simons, présent ce soir dans la salle ; même si une toux discrète au milieu de son air confirme qu’il n’était peut-être pas au mieux de sa forme en cette soirée si attendue, l’intelligence de l’interprète, sa maîtrise technique compensent amplement un petit manque de souplesse qui ne l’empêche pas de réussir à merveille sa note d’entrée, long crescendo vibrant d’émotion.

La distribution comporte, et ce n’est pas rien, deux chanteurs qui parviennent à ce même niveau d’excellence. On avait connu Franz Joseph Selig, y compris dans ce même rôle, beaucoup plus routinier : est-ce parce que la mise en scène et l’absence de dialogues le débarrassent de la bonhomie pesante que le livret suggère jusqu’à l’écœurement ? Toujours est-il que le chanteur est très en voix et parvient sans cesse à rendre sa présence intéressante. De même, en Pizarro sait se priver des effets faciles habituels pour inquiéter sans machiavélisme inutile.

Cependant, le bonheur principal de la soirée n’est pas venu seulement des chanteurs ou de la mise en scène : la bonne nouvelle est qu’après plusieurs années chaotiques, le chœur de l’Opéra de Munich semble s’être retrouvé et offre une prestation parfaite qui lui vaut une ovation amplement méritée du public. Pourvu que ça dure : à force de s’habituer à des chœurs médiocres, on oublie l’intensité du plaisir que procure un ensemble à cet exceptionnel niveau.

Crédit photographique : Anja Kamp (Leonore) & (Florestan) © Wilfried Hösl

 

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.