tous les dossiers(1)

Il était une fois une ballerine qui se brûla les ailes

À emporter, Biographies, Danse , Livre, Romans et fiction

La Danseuse Papillon. Textes : Audrey Alwett. Illustrations : Lucky. Editions Soleil Blackberry. Dépôt légal : Novembre 2010. ISBN : 978-2-30201-448-0. Prix : 28, 50 euros.

 

Les Clefs d'Or 2011

Il était une fois dans un opéra du XIXe siècle, un ballet maudit, rayé des répertoires à jamais. Il était une fois un conte, inspiré d’une histoire vraie…

Qui se souvient aujourd’hui encore d’, la dernière ballerine romantique qui périt après avoir pris feu sur la scène de l’Opéra ? Sa légèreté était légendaire, et Marie Taglioni créa pour elle son unique ballet, Le Papillon.

Audrey Alwett et Lucky ont choisi de faire de ce triste destin un très beau livre : «Il est des contes qui naissent dans le souffle des mourants, ainsi en est-il de La Danseuse Papillon».

La narration, entre fantasmagorie et réalité, utilise la métaphore du papillon. Elle nous dépeint la transformation d’une chrysalide en ballerine, puis l’ascension d’une jeune danseuse promue étoile. Entre amours déçues et rivalités, le papillon va se brûler les ailes.

L’écriture, qui oscille entre prose et versification, est délicieuse : «Ce soir-là, Emma fut belle et pure comme un chant du cygne. La grâce l’enlaça, elle effleura le sol à la façon des flocons de gel, les soirs de Noël. Léger, léger, léger… Un dernier souffle n’est pas plus délicat». Les illustrations, empreintes de poésie, sont magnifiques. De l’ouvrage émanent une douceur et une tendre mélancolie qui persistent une fois la dernière page tournée.

On apprécie l’ajout d’un dossier documentaire dédié à la «vraie» Emma, qui inclut des biographies, des coupures de presse d’époque chroniquant la mort de la ballerine, ainsi qu’un petit traité sur divers aspects du monde de la danse. Et surtout, on y trouvera le livret complet du ballet Le Papillon, créé en 1860 et aujourd’hui disparu du répertoire. Depuis le drame, le ballet est en effet considéré comme maudit et n’a jamais été repris dans son intégralité. Il faudra attendre 1976 pour que en reconstitue le Pas de Deux, qu’il dansera avec lors de ses adieux à l’Opéra.

La Danseuse Papillon est un conte à la fois triste et beau. Mais aussi un vibrant hommage à celle dont les critiques disaient «qu’elle s’envolait comme une plume et retombait comme un flocon de neige».

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.