megabanniere72890

Le chant des songes

À emporter, Livre, Romans et fiction

Saverio Tomasella : Le chant des songes. Editions Persée. Aix-en-Provence. 55 pages. 9€. N° ISBN : 978-2-35216-806-5. Dépôt légal : IV trimestre 2010.

 

Editions Persée

Journal intime au caractère très mélancolique, ce livre raconte de façon sommaire la vie de Gizziello, célèbre chanteur du XVIIIe. L’histoire débute à Naples, un matin ensoleillé de mars 1726. Dans une grande salle avec un clavecin, un enfant prend son cours de chant. Ce promettant chanteur est Gioacchino Conti, dit Gizziello, en hommage à son professeur, maestro Gizzi. Ce jeune homme à la voix souple et radieuse est un castrat, un « châtré », comme lui- même il se définit.

Dans des confessions tendres et douloureuses à la fois, Gizziello raconte son existence de condamné, son malheur constante provoquée par une mutilation « secrète et silencieuse » qui lui procure une incapacité d’aimer et encore pire, la meurtrissure intérieure. Seul dans sa tristesse infinie, il apaise son esprit avec son art. Ses blessures se transforment peu à peu en son, « en lumière », en alchimie du désir. A l’aide des enseignements de son maître, figure de référence tout au long de sa vie, sa voix naturelle et simple traduit le chant de son corps vibrant, de son cœur désespéré. Jusqu’au jour où la solitude et l’extrême amertume d’une vie gâchée par la castration ne lui deviennent trop insupportables. Il décide ainsi de quitter « le bruit de [ses] pas sur le sol ». Son amour juvénile et son amitié avec ne sont plus qu’un souvenir à quitter à jamais. Se termine ainsi l’histoire d’un artiste qui avec son art a changé la façon de chanter privilégiant l’expressivité au détriment d’excessives prouesses techniques.

Cette sorte de testament écrit avec un langage très simple mais aussi touchant résume en un peu plus d’une cinquantaine de pages les conditions psychiques de nombreux castrats de l’époque baroque. La forme discursive s’alterne à des digressions descriptives, plongeant le lecteur dans le présent de Gizziello, narrateur fictif. Le mélange de recherche historique et récit fictionnel, donne au roman de Tomasella une touche de poésie qui mitige une atroce question existentielle.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.