unnamed

Kaivos de Rautavaara, le chainon manquant ?

À emporter, CD, Opéra

Einojuhani Rautavaara (né en 1928) : Kaivos (La Mine), opéra en trois actes. Hannu Niemelä, Simon ; Johanna Rusanen-Kartano, Ira ; Jorma Hynninen, le Commissaire ; Jaakko Kortekangas, le Prêtre ; Mati Turi, Marko ; Petri Pussila, Vanha ; Tuomas Katajala, un mineur ; Lari Halme, speaker. Chœur Kaivos (chef de chœur : Heikki Liimola), Orchestre philharmonique de Tampere, dir. Hannu Lintu. 1 CD Ondine ODE 1174-2, code barre : 0 761195 117422. Enregistrement live le 24 septembre 2010 à l’opéra de Tampere. Notice bilingue (anglais, finnois). Durée : 75’52’’

 

Les Clefs Resmusica

Que de chemin parcouru par au cours d’une fabuleuse carrière de compositeur où la curiosité le partage au talent, où l’expérimentation négocie avec un respect inné de la tradition, où les essais de caméléon s’avèrent en accord avec un amour intense d’écrire de la musique ! Son catalogue a amplement reçu la visite de nombreux musiciens, les concerts l’ont régulièrement fêté et le monde de l’enregistrement l’a gâté au-delà de toute espérance. Dans ce panorama flatteur une lacune de taille continuait d’étendre son ombre à savoir l’absence de représentation et d’enregistrement de son tout premier opéra Kaivos (La Mine). Bien que composé en 1957-58, révisé en 1963 et donné lors d’une retransmission télévisée en Finlande en 1963, il aura étonnamment fallu attendre 2010, soit 48 ans, pour que l’excellent et dévoué serviteur du compositeur, le label finlandais Ondine s’engage et grave cette musique de première qualité. Et, indispensable pour juger de la trajectoire remarquable de l’inventeur inspiré d’un corpus de douze opéras majeurs.

Les interprètes engagés appartiennent au meilleur des chanteurs issus de l’école nationale. Hanny Niemelä, , Jakko Kortelangas et leurs collègues offrent leur magnifique virtuosité pour servir cette histoire écrite par le créateur lui-même. D’un renfort inestimable, les chœurs Kaivos et l’ enrichissent le discours musical tantôt fertile et vibrant, tantôt rude et fruste. L’histoire illustre un sujet contemporain, la révolte et la grève de mineurs miséreux et exploités au fond d’une mine. Le parallèle avec les dramatiques évènements politiques en Hongrie de 1956 est évident. La véhémence et la fureur de la situation se trouvent exaspérées par une écriture dodécaphonique robuste et sans concession vis-à-vis des canons romantiques ou belcantistes du passé. Cette musique nettement expressionniste et manifestement inspirée par le Wozzeck d’ ne manque pas de passages attachants. On y rencontre aussi parfois de nettes allusions au jazz. coordonne ses troupes en chef efficace et nous livre, in fine, de la belle ouvrage. Le jalon manquant à découvrir ?

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.