tous les dossiers(1)

Le Ring par Furtwängler à la Scala idéalement restauré

À emporter, CD, Opéra

Richard Wagner (1813-1883) : Der Ring des Nibelungen. DAS RHEINGOLD : Ferdinand Frantz, Wotan ; Angelo Mattiello, Donner ; Günther Treptow, Froh ; Joachim Sattler, Loge ; Ludwig Weber, Fasolt ; Albert Emmerich, Fafner ; Alois Pernerstorfer, Alberich ; Emil Markwort, Mime ; Elisabeth Höngen, Fricka ; Walburga Wegener, Freia ; Margret Weth-Falke, Erda ; Magda Gabory, Woglinde ; Margherita Kenney, Wellgunde ; Sieglinde Wagner, Flosshilde. DIE WALKÜRE : Günther Treptow, Siegmund ; Ludwig Weber, Hunding ; Ferdinand Frantz, Wotan ; Hilde Konetzni, Sieglinde ; Kirsten Flagstad, Brünnhilde ; Elisabeth Höngen, Fricka ; Ilona Steingruber, Helmwige ; Walburga Wegener, Gerhilde ; Karen Marie Crkall, Ortlinde ; Dagmar Schmedes, Waltraute ; Margherita Kenney, Siegrune ; Margret Weth-Falke, Rossweisse ; Sieglinde Wagner, Grimgerde ; Polly Batic, Schwertleite. SIEGFRIED : Set Svanholm, Siegfried ; Emil Markwort, Mime ; Josef Herrmann, Wanderer ; Alois Pernerstorfer, Alberich ; Ludwig Weber, Fafner ; Elisabeth Höngen, Erda ; Kirsten Flagstad, Brünnhilde ; Julia Moor, Waldvogel. GÖTTERDÄMMERUNG : Max Lorenz, Siegfried ; Josef Herrmann, Gunther ; Ludwig Weber, Hagen ; Alois Pernerstorfer, Alberich ; Kirsten Flagstad, Brünnhilde ; Hilde Konetzni, Gutrune ; Elisabeth Höngen, Waltraute ; Margret Weth-Falke, 1e Norn ; Margherita Kenney, 2e Norn ; Hilde Konetzni, 3e Norn ; Magda Gabory, Woglinde ; Margherita Kenney, Wellgunde ; Sieglinde Wagner, Flosshilde. Orchestra e Coro del Teatro alla Scala di Milano, direction : Wilhelm Furtwängler. 1 coffret 14 CD Société Wilhelm Furtwängler SWF111-24. Pas de code barre. Enregistré en public entre le 2 mars et le 6 avril 1950 au Teatro alla Scala di Milano. ADD [mono]. Notices bilingues (français, anglais) succinctes. Durée : 14 h 13 min. Réservé aux Adhérents de la Société Wilhelm Furtwängler

 

Même si à l’origine elles n’étaient pas destinées à une publication discographique, nous pouvons vraiment nous estimer heureux d’avoir à notre disposition deux réalisations intégrales du Ring des Nibelungen, toutes deux italiennes, par  ; car hélas, EMI s’y est pris trop tard, en 1954, l’année même de la mort du chef, pour son intégrale studio dont seule une admirable Walkyrie a vu le jour… Ainsi le plus grand interprète de Wagner, , n’a pas attendu la réouverture du Festival de Bayreuth en 1951 pour nous laisser un témoignage de L’Anneau du Nibelung enregistré à la Scala de Milan en mars-avril 1950, et il renouvellera ce témoignage trois ans plus tard à Rome pour la radio italienne RAI.

Tout a été dit au sujet de ces deux productions de légende : à l’actif de la version Scala, un excellent orchestre – même s’il ne peut concurrencer Vienne ou Berlin – et la crème des chanteurs de l’époque, parmi lesquels la Brünnhilde hiératique et insurpassable de , la voix sombre et incomparable de Ferdinand Frantz en Wotan, un Crépuscule des Dieux d’exception par la seule présence de Max Lorenz en Siegfried, le tout malheureusement entaché d’une prise de son médiocre et d’un public bien peu discret ; à l’actif de la version RAI, une bonne prise de son, des chanteurs plutôt équivalents et d’ailleurs parfois identiques à ceux de la version Scala, mais sans la présence de Flagstad ou Lorenz ; hélas l’orchestre, pourtant primordial chez Furtwängler, est inférieur… Le choix était donc difficile, et les fans de Wagner et/ou Furtwängler avaient donc tout intérêt à posséder les deux versions…

Or la publication de la version Scala 1950 par la Société Wilhelm Furtwängler remet allégrement tout en question ! Nous ne savons par quel miracle l’équipe habituelle, et Charles Eddi, a réalisé un tel transfert, mais en tout cas, le résultat sonore est stupéfiant de clarté et de transparence, et digne d’une excellente captation en mono des années 50. L’auteur de cette chronique, qui a une formation d’ingénieur électroacousticien, sait les heures et les heures de travail ardu et souvent pénible que nécessite ce résultat, d’autant plus qu’il s’applique à un ensemble d’une durée de plus de 14 heures : et Charles Eddi, par leur oreille exigeante et infaillible, sont parvenus non seulement à restaurer avec certitude l’ambiance originale de l’interprétation, mais également à enlever tous les bruits parasites lorsque ceux-ci n’interféraient pas avec le message musical. Il n’est donc guère étonnant que ce soit en une seule fois que fut accomplie l’écoute d’une grande partie de ce coffret, sans aucune fatigue – même au casque – et avec émerveillement, grâce à un son mono excellent et des plus homogènes et naturels : un véritable enchantement !

Le plus bel éloge qui puisse donc être fait, est de dire que l’on se croirait sur place. Et désormais, c’est cette réalisation de la Société Wilhelm Furtwängler française qui prévaut et doit impérativement être acquise pour goûter pleinement cette interprétation sans équivalent de l’immense chef allemand.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.