tous les dossiers(1)

Après Béjart, le cœur et le courage

À emporter, Danse , DVD, DVD Danse

Après Béjart, le cœur et le courage : un documentaire de Arantxa Aguirre. Editeur : Zylo. 2012. Durée : 1H18. Région : 2. Langue : Français et Espagnol, sous-titré Français. Son : Stéréo. Format : 16/9. Code ISBN : 3 760121 800480

 

Les Clefs d'Or 2012

On croyait avoir tout vu, tout lu et tout entendu sur , figure tutélaire de la danse. Il y a 5 ans, il est mort en laissant derrière lui une légende qu’il avait patiemment forgée. Le Béjart Ballet Lausanne (BBL) peut-il survivre sans son créateur ? Tel est l’enjeu du passionnant documentaire d’Arantxa Aguirre, tourné quelques mois après la disparition du chorégraphe. Car comme le souligne Claude Bessy, « ce n’est pas évident de remplacer ».

« Maurice, il est en moi. Je suis arrivé là comme un enfant, il m’a tout donné, je l’ai choisi comme maître, je l’ai aimé, il m’a aimé, il m’a développé comme danseur, je lui dois tout. » Le documentaire débute sur ces mots très forts de Gil Roman. Le Directeur artistique du BBL porte une énorme responsabilité sur ses épaules, puisqu’il a été choisi par Béjart pour diriger la compagnie : « Je ne vois que lui pour continuer, préserver et posséder mon œuvre. Nul autre ».

Nerveux, angoissé, ultra-perfectionniste, la cigarette aux lèvres, on suit Gil Roman dans la préparation de son premier grand spectacle, composé d’œuvres inédites de son cru. Car la compagnie ne peut se contenter de danser le répertoire de Béjart, elle doit se renouveler et proposer de l’inédit. Roman a notamment choisi de revisiter le mythe de Thésée et du minotaure. Un ballet épidermique, sauvage et bourré d’énergie qui conserve le style et l’identité de Béjart.

Ce spectacle, c’est aussi l’opportunité pour Roman de se légitimer en tant que chorégraphe. Beaucoup de gens l’attendent au tournant. Et il le sait. Alors, pour rester digne de son héritage, il travaille, énormément. Il sait qu’il peut compter sur l’attachement viscéral des danseurs à la compagnie. « Cette compagnie, c’est de la dynamite, une énergie monumentale », résume un musicien. Le souvenir du Maître est encore bien vivant : « Quand on répète, on a l’impression qu’il est là dans le couloir, qu’il nous regarde de la fenêtre… Et quand le public applaudit, je sens que Maurice est là », confesse l’une de ses muses, Elisabeth Ros.

Compagnie internationale de par son recrutement et ses nombreuses tournées partout dans le monde, le BBL est principalement subventionné par la ville de Genève. Une pression supplémentaire pour son nouveau directeur qui, dans ces conditions, n’a pas droit à l’erreur. La tension est palpable lors du filage devant le syndic de la ville. Le stress monte encore d’un cran lorsque Julien Favreau, figure phare de la compagnie, se blesse lors d’une répétition. Car Gil Roman joue avec le feu puisque chaque personnage de son ballet est créé pour un danseur, ce qui exclut tout remplaçant : « Les premières journées de répétition en scène te mettent en dépression, car tu te dis que tu ne vas jamais y arriver ». « J’ai promis de maintenir l’œuvre de Maurice au top niveau, j’ai promis de créer et de donner de la nourriture aux danseurs ». La suite dépendra de la réaction du public. Gil Roman, qui a vécu pendant 30 ans dans l’ombre d’un géant, a aujourd’hui trouvé son identité propre.

Ce documentaire instructif devrait figurer en bonne place dans notre vidéothèque idéale. Coup de cœur également pour le court-métrage bonus Un ballet pour le XXIème siècle, qui laisse la part belle aux danseurs de la troupe. Le complément indispensable du film.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.