Le Brussels Philharmonic et les tablettes

Le a frappé un grand coup en annonçant, en partenariat, avec Samsung, le géant coréen des technologies, la fin de l’utilisation des partitions en papier.

En effet, les musiciens et le chef vont lire leurs partitions sur des écrans de tablettes tactiles. Les arguments pratique et écologique sont avancés : l’orchestre belge espère ainsi économiser 25.000 euros en coûts de stockage et de papier. Sans oublier, les gains de poids lors des déplacements et des tournées.

Après avoir été le premier orchestre au monde à proposer ses enregistrements comme sonnerie de téléphone portable, l’orchestre continue d’innover et il s’affirme comme une référence technologique.

Imprimer
Mots-clefs de cet article

Les commentaires sont fermés.

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.