tous les dossiers(1)

Quartet, une belle comédie accompagnée de musique

À emporter, Cinéma et musique

QUARTET de Dustin Hoffman. Avec : Maggie Smith (Jean Horton), Tom Courtenay (Reginald Paget), Billy Connolly (Wilfred Bond), Pauline Collins (Cissy Robson), Michael Gambon (Cedric Livingston). Scénario : Ronald Harwood, d’après sa pièce éponyme. Producteurs : Nick O’Hagan, Finola Dwyer, Stewart Mackinnon. Producteurs exécutifs : Dickon Stainer, Xavier Marchand, Dustin Hoffman. Producteurs délégués : Jamie Laurenson, Dario Suter, Christoph Daniel, Marc Schmidheiny. Image : John De Borman. Musique : Dario Marianellin, supervision de Kle Savidge. Décors : Andrew McAlpine. Montage : Barney Pilling. Costumes : Odile Dick-Mireaux. Maquillages et coiffures : Daniel Phillips. Grande-Bretagne, 2012. Distribution : Pyramide. Durée : 1h38. Sortie nationale : le 3 avril 2013.

 

Dans Beecham House – nommé ainsi en hommage au chef d’orchestre britannique Thomas Beecham – c’est l’effervescence. Les pensionnaires, anciens musiciens et chanteurs retraités, préparent le gala annuel, peut-être le dernier, dont la recette permettra de maintenir le bon fonctionnement de la maison menacée de fermeture. Parmi eux, Reggie, Wilf et Cissy, chanteurs d’opéra qui formaient dans leur jeunesse un quatuor célèbre avec une autre cantatrice légendaire, Jean… Et justement, cette dernière y débarque un jour. Elle est constamment habitée par une honte de ne plus être à la hauteur de son art, comme au temps de sa gloire. Si Reggie, ex-mari de Jean, ne supporte pas de côtoyer cette artiste si fière, c’est qu’il a toujours cru qu’elle l’avait trahi. Malgré tout, la maison de retraite ne cessant de péricliter, lui et ses deux complices décident de convaincre Jean de chanter au gala avec eux le quatuor « Bella figlia dell’amore » de Rigoletto, de Verdi…

Pour son premier film derrière la caméra, Dustin Hoffman a choisi l’adaptation d’une pièce de théâtre éponyme de Ronald Harwood (également scénariste du film Pianiste de Roman Polanski) illustrée par de belles musiques, au grand bonheur des mélomanes.

Dès les premières images, on entend des extraits de La Traviata (Libiamo ne’lieti calici, fantaisie pour clarinette) et de Rigoletto (La donna è mobile) de Verdi, et tout au long du film, Le cygne (Saint-Saëns), A Sylvia (Schubert), Toccata et fugue en ré mineur (J.-S. Bach), Menuet du Quintette en ré majeur (Boccherini), Menuet de la Symphonie n° 100 « militaire » et Quatuor « Le lever du soleil » en si bémol majeur (Haydn)… mais également Czardas de Vittorio Monti, et surtout, des extraits de l’opérette « so british » The Mikado de Gilbert et Sullivan : « Titwillow », « Flowers that bloom in the spring », « So, please you sir, we much regret », « Three little maids from school ». Lorsque Jean prend possession de sa chambre, elle fait tourner un vieux 33 tours Decca pour écouter des airs de Verdi. Toutes ces musiques, certaines arrangées pour l’occasion, accompagnent de très belles images, autre point fort du film.

La simplicité du scénario, émouvant, privilégie la magnifique performance des acteurs jouant les rôles principaux, mais ce qui ravit en outre le spectateur-mélomane, c’est la présence, dans de petits rôles, en l’occurrence des pensionnaires de Beecham House, de vrais musiciens retraités : anciens membres d’orchestres britanniques et anciens chanteurs reprennent leurs partitions pour jouer pour de vrai ; on voit dans le générique de fin leur photo lorsqu’ils étaient en activité, avec leur titre. Si nous devions citer un petit bémol « musical », ce serait l’enregistrement qui couvre la scène finale (le hall de la maison de retraite transformé en salle de concert rappelle le cadre d’un petit théâtre traditionnel) : la voix de Pavarotti est tellement reconnaissable que l’on a tendance à l’écouter en se détachant totalement de l’histoire…

A 75 ans passés, âge où il pourrait intégrer Beecham House, Dustin Hoffman porte un regard tendre sur la vieillesse en rendant hommage à la musique. Un très beau film que tous les mélomanes se doivent de courir voir en salle obscure.

Crédit photographique : Kerry Brown © Headline Pictures (Quartet) Limited 2012

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.