tous les dossiers(1)

Juan Francisco Gatell, ténor

Aller + loin, Chanteurs, Entretiens, Opéra

En mai 2013, La Monnaie donnera Cosi Fan Tutte dans la mise en scène de Michael Haneke, fraîchement auréolé de la gloire pour son Oscar du meilleur film étranger pour Amour. ResMusica a interviewé le ténor argentin – établi en Italie – Juan Franciso Gatell qui y interprètera Ferrando, pour en savoir plus sur Haneke, les relations entre opéra et football, mais aussi quels sont les rêves d’un jeune ténor de bel canto d’aujourd’hui.

Notre dossier : Art lyrique

 

jfgatell« Tout le monde voit les chanteurs d’opéra comme Pavarotti, vêtus de la même façon. Nous sommes des gens normaux! »

ResMusica: Quels événements ont déclenché votre envie de devenir ténor?
: Il n’y avait aucun musicien dans ma famille, mais la musique était partout dans notre maison, et aussi dans notre ville de La Plata. Avec de nombreux étudiants impliqués dans la musique, on pouvait entendre des chœurs, des opéras, de la pop, du tango … Tous mes frères sont allés au conservatoire, mes deux sœurs sont devenues danseuses classiques. Je voulais chanter quand j’avais 6 ou 7 ans, mais mes parents ont préféré que je joue du piano. Quand j’étais en train d’essayer de décider quoi faire – j’étais partagé entre devenir pilote, archéologue et faire de la musique.

RM: Pourquoi avez-vous quitté l’Argentine pour vous installer en Italie?
JFG: J’étais heureux de chanter dans un chœur, mais toujours il y avait des gens qui me disaient que je chantais bien. Alors je suis allé à Madrid pour améliorer ma formation. Un jour, j’ai été payé pour chanter dans une chorale au Liceu: un chef de chœur m’a remarqué et il m’a invité en Italie, en 2003. J’ai fait quelques concours, c’était un processus étape par étape. Je dirais que ma carrière professionnelle a commencé à Rome avec le Barbier en décembre 2005.

RM: Qui a eu le plus d’influence sur votre carrière? Vous avez chanté avec Riccardo Muti par exemple, a-t-il fait une impression durable sur vous ?…
JFG: Globalement, je pense que ma femme a eu la plus profonde influence, quand elle m’a soutenu pour que je quitte le chœur et que je fasse carrière. C’était un choix dangereux pour nous deux avec un bébé. Nous nous étions rencontrés au conservatoire de La Plata. Elle est à moitié italienne comme moi. Musicalement, bien sûr, chanter avec le Maestro Muti a été une occasion merveilleuse – il est l’un des nombreux grands musiciens qui ont fait une impression durable sur moi.

RM: Etes-vous retourné en Amérique latine pour des représentations?
JFG: Mon éducation musicale a été en Argentine, mais personne ne me connaît vraiment là-bas. Je chante en Espagne et encore plus en Italie. En Amérique latine, je n’ai chanté qu’au Pérou et au Chili, je voudrais y chanter plus souvent.

RM: Vous étiez en Argentine au moment de la grande crise financière à laquelle votre pays a été confronté dans les années 2000, est-ce que cet événement a joué un rôle dans votre décision d’aller en Espagne?
JFG: Non, la décision de m’installer en Espagne a été prise avant la grande crise. Mon père est Espagnol, et peu à peu nous sommes installés pour de bon en Espagne en 2000. Mais oui, la crise a eu une influence sur moi – j’avais 21 ans, j’essayais de vivre ma propre vie. Il était difficile de trouver un emploi, et c’était encore pire en tant que chanteur.

RM: Et maintenant vous faites face à la crise économique en Italie! A-t-elle un impact sur vous aussi?
JFG: je travaille plus qu’avant parce que ma carrière démarre. C’est un moment très difficile pour tout le monde, il y a moins d’emplois, pas comme dans les années 1990. En tant que jeunes artistes, on nous donne plus de possibilités, les artistes célèbres n’ont pas de problème, la difficulté est pour les gens entre les deux. Également en tant que jeunes, nous sommes plus ouverts à être poussé à l’extrême. Lorsque votre carrière est établie, vous pouvez peut-être prendre plus de risques.

RM: Avez-vous résisté à des demandes de metteurs en scène?
JFG: Il y a des limites, mais je ne dirai pas non, j’essaierai. Une fois j’ai dû sauter par la fenêtre et entrer dans une petite chaise. Elle s’est brisée et je suis resté suspendu à la fenêtre, nous avons été chanceux que la fenêtre ne tombe pas!

RM: Michael Haneke, le metteur en scène d’Amour a choisi de venir à Los Angeles pour la cérémonie des Oscars, plutôt que d’assister à la première de sa nouvelle production de « Cosi fan tutte » de Mozart à Madrid, qui sera donné à La Monnaie en mai prochain. Comment était sa direction et a-t-il fêté cette récompense après?
JFG: C’était fantastique de travailler avec lui. La période de répétition était de 2 mois et il était vraiment difficile. Je devais être vraiment concentré pendant huit heures par jour pour cinq minutes de musique. Il a une méthode différente, il fonctionne comme un réalisateur de cinéma. Nous ne pouvions pas nous détendre, il fallait faire 20 fois 5 minutes dans la même journée en étant au maximum de concentration.

RM: Si c’était à refaire, le referiez-vous?
JFG: Peut-être qu’on pourrait obtenir les mêmes résultats avec moins de travail, mais pour obtenir ce résultat, je le referais.

RM: Avez-vous fêté son Oscar avec Haneke à son retour de Los Angeles?
JFG: Nous nous doutions qu’il obtiendrait un prix, surtout celui du meilleur film. Nous avons fait un dîner, il était heureux, nous étions heureux. Il était clair qu’il devait se rendre à Los Angeles.

RM: Cette production a été enregistrée …
JFG: Ils ont enregistré les 3 jours où j’étais malade! J’étais fatigué, j’ai pu tout chanter, mais cela ne venait pas facilement, les notes élevées ont été serrées, ma gorge était enflammée. Je ne suis pas le genre de personne qui demande à ré-enregistrer, de sorte que j’espère qu’ils vont conserver les meilleurs moments.

RM: Vous avez été dirigé par Riccardo Muti. Trouvez-vous plus difficile de chanter sous la baguette de chefs d’orchestre les plus célèbres?
JFG: Maestro Muti est très exigeant en répétition, mais la représentation est plus facile parce qu’il est un chef d’orchestre majeur. Yannick Nézet-Séguin est aussi fantastique, je me sens très à l’aise avec lui. Il sera un grand.

RM: Vous êtes un fan de football. Quel est votre club préféré et pourquoi? Voyez-vous un parallèle entre l’opéra et le football, en termes d’enthousiasme qu’il crée dans le public par exemple?
JFG: Je suis dévoué au football! Mon équipe préférée est la Gimnasia y Esgrima La Plata en Argentine. Je regarde leurs matchs à 3 heures du matin sur internet, et j’en suis encore plus fanatique depuis qu’ils sont en 2ème ligue depuis trois ans. J’aime aussi le Barça parce que mon père est Espagnol. J’aime aller aux matchs, et parfois j’ai moins de la voix par la suite. Ma femme sait que je suis fou. J’étais à Salzbourg et mon équipe jouait pour rester en première ligue. Nous avons marqué deux buts dans les deux dernières minutes et cela nous a permis de rester. Je ne pouvais pas manquer ça. Les gens pleuraient dans le stade, et j’étais comme eux.

RM: Trouvez-vous un lien entre le football et le bel canto?
JFG: Je trouve un grand nombre de connexions, les gens sont en larmes avec le football et les chanteurs sur scène peuvent se sentir comme les joueurs de football, avec la même capacité à résister à la pression. Vous devez chanter très bien, vous devez avoir du caractère. J’ai emmené certains de mes amis d’Argentine et de Madrid à l’opéra et ils ont été surpris d’aimer l’opéra quand il était représenté sur scène. C’étaient des gens qui ne connaissent pas l’opéra et n’avaient jamais été à une représentation avant.

RM: Vous êtes spécialisé dans le bel canto, qui est le genre le plus populaire du répertoire de l’opéra, avec une forte demande pour les voix de ténor. Rêvez-vous d’élargir votre répertoire, ou est-ce que la compétition féroce avec les voix des grands chanteurs historiques et celle des stars d’aujourd’hui vous apportent un défi suffisamment excitant?
JFG: Je suis content de ce que je chante, c’est parfait pour moi. J’aime le bel canto et l’époque classique, Mozart, c’est mieux que le vérisme et le mélodrame. J’aime ce genre de légèreté, qui ne prend pas tout au sérieux. Si ma voix demande des rôles différents, alors oui.

RM: Vos prochaines apparitions importantes?
JFG: Bruxelles en mai dans la mise en scène de Haneke. Et puis à Los Angeles dans Falstaff, ce n’est pas du bel canto, mais c’est Shakespeare et cela fait une bonne combinaison avec Verdi.

RM: Y a-t-il un projet que rêver de réaliser?
JFG: Je voudrais que les gens sachent que l’opéra n’est pas élitiste, n’est pas une affaire de connaisseurs et que vous pouvez en profiter sans être un spécialiste, comme le cinéma. Je voudrais changer la façon dont les gens voient les chanteurs d’opéra. Tout le monde voit les chanteurs d’opéra comme Pavarotti, vêtus de la même façon. Nous sommes des gens normaux, l’opéra est un moyen normal de communication. Nous avons besoin de changer l’apparence de l’opéra. Si nous avons des mises en scène passionnantes avec de la musique merveilleuse, comment ne peut- on pas aimer l’opéra?

RM: Quels sont vos réalisateurs préférés?
JFG: Je dirais Michael Haneke, Damiano Micheletto, Michal Znaniecki, Bartlett Sher, Ruggero Cappucio, et Fabio Sparvoli … J’ai oublié quelqu’un peut-être … Dans leur mise en scène, qu’elle soit moderne ou traditionnelle, nous sommes des acteurs. Nous jouons comme si nous étions dans un théâtre. C’est ce que j’appelle le «sens moderne» et cela transcende la question de l’époque dans laquelle est située l’action.

Photo : © http://www.juanfranciscogatell.com/home.php

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.