banclefsdor2017

Chantecler, l’âge d’or du tango argentin

Danse , La Scène, Spectacles Danse

Théâtre du Châtelet. 10/X/13. Chantecler Tango. Conception et direction chorégraphique : Mora Godoy. Livret : Mora Godoy et Stephen Rayne. Musique originale et arrangements : Gerardo Gardelin. Mise en scène : Stephen Rayne. Décors : Julieta Ascar. Costumes : Cecilia Monti. Lumières : Cristian Tateossian. Equipe chorégraphie : Mora Godoy, Horacio Godoy, Ignacio Gonzalez Cano, Manuco Firmani, Graciela Calo, Gustavo Wons. Avec : Mora Godoy, Horacio Godoy, Marcos Ayala, « Black » Rodriguez Mendez, Ariel Perez, Graciela Calo, Marcela Vespasiano, Silvia Fuentes, Natalia Patyn, Martin Almiron, Giovanna Di Vicenzo et les danseurs de la troupe. Orchestre : Juan Miguens, direction et contrebasse, Lucas Furno, violon, Juan Pablo Gallardo, piano et Leonel Gasso, bandonéon.

Photo Chantecler 1 (2)Cinq ans après Tanguera, le Théâtre du Châtelet accueille le nouveau ballet tango de la danseuse et chorégraphe , créé en 2012 à Buenos Aires. Il ressuscite le célèbre cabaret Chantecler, qui connût son âge d’or dans les années 30 et 40, avant d’être fermé dans les années 50.

L’occasion pour la chorégraphe et le metteur en scène Stephen Rayne d’établir sur scène de nombreux allers et retours entre le passé et le présent, alors que l’immeuble du Chantecler, désormais fermé, vient d’être vendu. Les flashbacks, astucieusement amenés, restituent de savoureuses scènes de répétition ou des moments plus intimes, mais aussi plus dramatiques. Le second acte, en particulier, nous transporte dans l’ambiance enfumée et interlope du Buenos-Aires d’avant-guerre, des tripots aux chambres d’hôtels. Ces évocations sont soutenues par des tangos historiques, chantés par « Black » Rodriguez Mendez accompagné par quatre musiciens.

Photo Chantecler 2-1 (2)
Le metteur en scène n’oublie pas le présent, ce qui lui permet de moderniser à la fois la musique (arrangements de ) et les chorégraphies, dans un audacieux dépoussiérage. La troupe argentine, d’un très haut niveau technique montre en effet dans ce spectacle un éblouissant éventail de tous les styles de tango : rétro, dramatique, langoureux, jazzy, jusqu’au tango le plus contemporain. Les danseurs sont remarquables, à commencer par la maîtresse des lieux, , qui incarne le rôle de la meneuse de revue et de son frère, l’époustouflant et subtil , dans le rôle du prince cubain. Les autres solistes campent des personnages haut en couleurs, soutenus par une narration et une dramaturgie efficace. De son côté, la troupe, qui brille dans des ensembles très éclectiques, emporte l’adhésion de tout un public ravi d’afficionados du tango. Résultat : deux heures de spectacle enlevé et divertissant, sans la moindre fausse note…

Crédit photographique : © Marie-Noëlle Robert pour le Théâtre du Châtelet

tous les dossiers(1)

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.