tous les dossiers(1)

Les Ballets Suédois, une compagnie d’avant-garde

Aller + loin, Danse , Expositions

Opéra National de Paris – Palais Garnier. Du 11 juin au 28 septembre. Tous les jours de 10h à 17h (et de 10h à 18h du 10 juillet au 30 août). Exposition Les Ballets Suédois, une compagnie d’avant-garde (1920-1925).

7028_Expo-039À la Bibliothèque-musée de l’Opéra au Palais Garnier, une exposition s’intéresse à un pan méconnu de l’histoire de la danse au XXème siècle : la compagnie des fondée en 1920 par .

De 1920 à 1925, cette compagnie fut à la pointe de l’avant-garde chorégraphique et artistique, s’entourant des artistes les plus en vue de l’époque : Fernand Léger, Jean Hugo, Jean Cocteau, Darius Milhaud, Erik Satie ou Arthur Honegger… , descendant d’une illustre famille suédoise, rencontre le danseur Jean Börlin en 1918. Ancien élève de Michel Fokine, il danse à l’Opéra royal de Stockholm et aspire à une carrière internationale de danseur et de chorégraphe. Un premier essai le 24 mars 1920 avec le « concert de danse », sept solos chorégraphiés et dansés par Jean Börlin, donne le coup d’envoi des . A côté des danseurs scandinaves et des artistes français, ils feront appel à des créateurs venus des quatre coins du monde, installés à Paris, comme Man Ray, Georgio de Chirico ou Foujita.

7029_Expo-048Dans une scénographie ludique, constituée en étoile autour de panneaux typographiques géants, l’exposition rassemble de très nombreux témoignages des cinq années intenses de l’aventure des Ballets Suédois : esquisses et maquettes de décors signés Fernand Léger, Nils de Dardel ou Alexandre Alexeiff, costumes de scènes, photographies de spectacle, affiches et partitions signées des plus grands compositeurs de l’après Première guerre mondiale.

Elle met aussi l’accent sur les sources d’inspiration de cette compagnie d’avant-garde, qui rivalisa avec les Ballets Russes de Diaghilev : le folklore scandinave et l’exotisme et sur les formes réinventées de spectacle, autour du tableau vivant, de la musique contemporaine, de la performance ou du cinéma le plus expérimental. L’occasion unique de revisiter un maillon fondamental dans l’histoire de la danse et des arts au XXème siècle.

Crédit photographique : Jean Börlin dans Maison de fous (rôle du Prince), 1920 Photo Isabey © BnF, Bibliothèque-musée de l’Opéra; Fernand Léger, projet de décor pour La Création du monde, 1923. Détail © Bmo/BnF/ADAGP, Paris 2014

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.