Bandeau_728x90_Resmusica

La Damnation de Berlioz par Dutoit à Verbier

Festivals, La Scène, Musique symphonique

Verbier. Salle des Combins. 21-VII-2014. Hector Berlioz (1803-1869) : La Damnation de Faust. Charles Castronovo, Faust ; Willard White, Méphistophélès ; Ruxandra Donose, Marguerite ; Charles Dekeyser, Brander ; The Collegiate Chorale, direction : James Bagwell ; Chœur de concert de la Singschule Oberwalis, direction : Hansruedi Kämpfen ; Chœur de filles de la Schola de Sion, direction : Marc Bochud ; membres de l’Ensemble vocal de Saint-Maurice, direction : Pascal Crittin. Verbier Festival Orchestra, direction : Charles Dutoit.

18.07.14 - Charles Dutoit - (c) Nicolas Brodard (1)Le propose de plus  en plus d’opéras en versions de concert. Cette année, pas moins de 5 évènements lyriques sont programmés.

, qui avait marqué les esprits, en 2012, avec un exceptionnel Pelléas et Mélisande, affrontait, ce soir, la Damnation de Faust d’. Berliozien émérite, auteur chez Decca  d’un cycle discographique moins médiatisé que celui de , mais qualitativement à recommander, le chef suisse connait les moindres recoins de cette musique et tous les secrets de son style.  Son travail avec l’orchestre du festival est exceptionnel dans la lisibilité des pupitres et des couleurs. Rarement un orchestre aura sonné avec autant de naturel dans cette partition car en anime et en  fait vivre les moindres recoins, illustrant toute la modernité du génie de Berlioz.  La prestation technique et instrumentale des jeunes du Orchestra fut exemplaire avec des pupitres de vents et de cuivres irréprochables.

Dans la Damnation de Faust, le chœur est  un acteur essentiel.  Invitée du Festival de Verbier depuis 2005, de New York était le noyau dur d’une formation renforcée par des éléments du Chœur de concert de la Singschule Oberwalis, du Chœur de filles de la Schola de Sion et des membres de l’Ensemble vocal de Saint-Maurice. Bien préparés, tous ces chanteurs furent parfaits en termes de projection et de prononciation, même si naturellement l’homogénéité était parfois une carence.

La distribution, essentiellement non francophone, s’avéra très satisfaisante. Remplaçant Ramon Vargas souffrant, le ténor , s’acquitte avec compétence et musicalité du rôle de Faust. Vieux routier du rôle de Méphisto, le baryton n’a jamais  eu le timbre le plus séduisant du plateau, mais il sait s’imposer scéniquement par la connaissance parfaite du personnage. est une Marguerite sensible, bien concentré sur l’intelligibilité de texte à défaut de s’avérer foncièrement charismatique vocalement. Venu de Belgique, est un très bon Brander dans le peu de notes que lui réserva Berlioz.

Dans sa globalité, portée par le talent de Charles Dutoit, cette soirée restera dans les annales du festival.

Crédit photographiques : Nicolas Brodard/Verbier Festival

ResMusica est partenaire du Verbier Festival

ONL1819-ResMusica728x90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.