tous les dossiers(1)

Au pays où se fait la guerre

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Metz. Arsenal. 15-XI-2014. Mel Bonis (1858-1937) : allegro ma non troppo du quatuor avec piano n°1 op. 69. Jacques Offenbach (1819-1880) : « Ah ! Que j’aime les militaires » et couplets du sabre, extraits de La Grande-Duchesse de Gérolstein ; « Je suis veuve d’un colonel », extrait de La Vie parisienne. Cécile Chaminade (1857-1944) : Exil. Gabriel Fauré (1845-1924) : allegro molto du quatuor avec piano op.45 ; adagio du quatuor avec piano op.15. Gaetano Donizetti (1797-1848) : « Pour une femme de mon rang », extrait de La fille du régiment. Benjamin Godard (1849-1895) : Les larmes. Henri Duparc (1848-1933) : « Au pays où se fait la guerre », Élégie. Claude Debussy (1862-1918) : Recueillement, extrait de Cinq Poèmes de Charles Baudelaire. Théodore Dubois (1837-1924) : Petits rêves d’enfants, En Paradis, extrait de Chansons de Marjolie. Nadia Boulanger (1887-1979) : Élégie. Avec : Isabelle Druet, mezzo-soprano. Quatuor Giardini (Pascal Monlong, violon ; Caroline Donin, alto ; Pauline Buet, violoncelle ; David Violi, piano).

1024_768_1_14-11-15-rsbartist-isabelle-druet-1-cop-nemo-perier-stefanovitch

Un bien beau concert, dont l’intelligence et le raffinement aura marqué la sensibilité d’un public subjugué, quoiqu’étonnamment clairsemé.

À l’instar de l’ensemble des concerts du festival « Je t’aime… Ich auch nicht », dont l’automne 2014 a proposé au public messin la sixième édition, le récital d’ et du brille tout d’abord pour la cohérence et par l’intelligence de son programme. Consacré, en ces temps de commémoration, à la thématique de la guerre, il se divise en quatre parties consacrées respectivement au « Départ », au « Front », à la « Mort » puis au « Paradis ». Les morceaux musicaux retenus ont l’avantage de faire alterner des airs connus et moins connus, ainsi que des pièces vocales et instrumentales. Ces dernières permettent de démarrer chaque partie, puis enfin de conclure le concert, dans le recueillement le plus parfait, avec le sublime andante du quatuor avec piano de . La sélection permet de faire se côtoyer l’humour, l’élégie et le pathos. Si l’on pouvait craindre la cohabitation des extraits d’Offenbach avec Fauré, Duparc et Debussy, la classe et l’esprit des interprètes étaient tels qu’aucune incongruité particulière n’était à déplorer, les différentes pièces du programme s’enchaînant avec logique et pertinence.

L’interprétation des artistes se situe au meilleur niveau. On soulignera tout d’abord, pour les mélodies et les extraits d’opérettes, la qualité des transcriptions d’. Le pari de passer de l’orchestre ou du piano seul vers un accompagnement pour quatuor avec piano n’était pas gagné d’avance, et chacun des quatre instrumentistes aura tenu dignement son rang. La mezzo confirme une fois encore tous les espoirs placés en elle. Son instrument aux couleurs joliment cuivrées a gagné en puissance ces dernières années, ce qui ne l’empêche pas de donner dans la finesse et la nuance absolument indispensables pour ce répertoire. La diction française, sans quoi un tel programme n’est rien, reste tout à fait exemplaire. Si l’aisance de l’artiste dans l’univers d’Offenbach nous fait espérer de belles prises de rôle pour l’avenir, peut-être lui manque-t-il ce délicieux raffinement typiquement français qui convient tellement bien à certaines de ces pièces de salon. L’Heure exquise de Hahn donnée en bis paraîtrait presque prosaïque, mais sans doute était-ce le but recherché que de dépouiller ces mélodies de la préciosité que certains interprètes ont souhaité privilégier à une époque désormais révolue.

Crédit photographique : Isabelle Druet © Némo Perier Stefanovitch

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.