tous les dossiers(1)

Deux œuvres orchestrales très contrastées d’Edvard Grieg efficacement défendues

À emporter, CD, Musique symphonique

Edvard Grieg (1843-1907) : Symphonie en do mineur EG 119 ; Concerto pour piano et orchestre en la mineur, op. 16. Herbert Schuch, piano ; Orchestre symphonique de la WDR de Cologne, dir. Eivind Aadland. 1 CD Audite. Réf. : 92.670, code barre : 4 022143 926708. Enregistré à la Philharmonie de Cologne du 9 au 13 décembre 2013 (Symphonie), du 24 au 26 février 2014 (Concerto). Notice bilingue (allemand-anglais). Durée : 62’40

 

grieg_audite_4Si la Symphonie en do mineur est le reflet de l’apprentissage leipzigien, le Concerto en la mineur se rapproche autrement de l’âme scandinave dont il véhicule bien des aspects significatifs.

Les deux œuvres de Grieg proposées sur cet enregistrement se situent aux antipodes l’une de l’autre. D’une part l’unique Symphonie en do mineur du maître norvégien composée en 1864 et tombée du fait de sa volonté, dans un durable silence, puisqu’on ne la réentendit qu’en 1981 ! D’autre part le plus que célébrissime Concerto pour piano en la mineur (1868), une des œuvres les plus jouées dans le monde entier. Perspective très injuste car cet unique Concerto d’, bien qu’influencé par le Concerto de Schumann dans la même tonalité de la mineur, créé en 1848, sut conquérir d’innombrables salles de concert et bien plus tard charmer les auditeurs à travers des enregistrements multiples de fort belle tenue et ce sous toutes les latitudes du monde musical. On ne saurait colliger tous les orchestres, tous les chefs et tous les solistes qui surent transporter des millions d’auditeurs sincèrement émus par la beauté romantique de cette musique. Evidemment, rien de comparable avec cette Symphonie, certes d’honnête tenue, mais en rien caractéristique de l’art du « Chopin du Nord » ainsi que le qualifia un jour l’immense chef allemand Hans von Bülow.

Reste donc à souligner le travail du soliste d’origine roumaine né en 1979 et installé en Allemagne une dizaine d’années plus tard. Sa proximité avec Alfred Brendel, ses victoires à plusieurs concours internationaux font rapidement de lui un pianiste invité par les plus grandes phalanges et un chambriste recherché au répertoire varié. Face au Concerto de Grieg, restitue l’âme norvégienne stylisée par le compositeur, son jeu très maîtrisé contrôle les difficultés, souligne la beauté si évocatrice des thèmes, se garde de tout emportement intempestif et reste à distance de toute originalité déplacée sans pour autant devenir impersonnel. Un splendide enregistrement donc sans vélléités de prise de distance d’avec la tradition. C’est très réussi et conforme à l’esprit scandinave originel du 19ème siècle. L’orchestre un rien rigide ne démérite jamais.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.