Michaël Pomero et Jeroen Robbrecht, rencontre pour Aire de Jeu

mpomero©loge22Entretien in situ avec  et Jeoren Robbrecht au sujet de Rumeur, création 2015 de sur la musique de , compositeur invité de la 4ème édition du festival danse-musique « Aire de jeu » à Lyon pour les Subsistances (Laboratoire international de création artistique).

« C’est la première fois qu’on utilise la parole adressée directement au public. »

ResMusica : Comment avez-vous choisi les œuvres de que vous utilisez dans Rumeur ?

: On a demandé dès le début à Jeroen [Robbrecht] d’être notre conseiller musical, afin de nous aider à trouver une ligne. Cependant il existe peu d’œuvres enregistrées de Kalevi Aho par rapport à l’ampleur de son œuvre. Les choix se sont faits assez vite.

: Les musiciens ont pu alors être choisis en fonction des pièces.

Michaël Pomero : La flûtiste Chrissi Dimitriou travaille déjà avec nous dans Vortex Temporum d’Anne Teresa de Keersmaker. Seul le violoncelliste Lode [Vercampt] est arrivé après.

RM : Kalevi Aho est-il heureux de la manière dont vous avez interprété son travail ?

JR : C’est difficile à dire. Il n’a accès qu’à une partie du travail comme il ne parle pas français.

MP : Je lui ai demandé si le fait d’avoir extrait des cadences et des solos de pièces entières le dérangeait, il a dit que non.

RM :Vous donnez l’impression de vouloir aller vers d’autres genres, avec cette voix très cinématographique de qui porte la pièce dansée…

MP : C’est la première fois qu’on utilise la parole adressée directement au public. Julien [Monty] est notre porte-parole; nous avons fait le choix, Marie [Goudot] et moi, de ne pas parler. La danse et la musique ne suffisaient pas pour ce projet, il fallait que l’un d’entre nous s’exprime pour le collectif. Quand on préparait le spectacle, on lisait beaucoup la presse et on a voulu plonger dans une symbolique opposée à la défiance ambiante, en s’attachant, les yeux bandés, pour montrer l’interdépendance : le choix de chacun influe sur l’autre.

RM : A quel moment la musique est-elle arrivée sur les mouvements ?

JR : Tout de suite, les choix plus lyriques qu’épiques se sont imposés aussi.

Loge_22_(c)_Romain_Etienne_item_2RM : Comment les Métamorphoses d’Ovide sont devenues votre source d’inspiration pour cette création ?

MP : En abordant la musique épique de KA, qui a priori était difficile à relier à notre univers, nous avons eu besoin d’un autre outil pour nous y plonger vraiment, nous avons alors choisi les vers d’Ovide, pour l’épopée mais la cruauté aussi, et utilisé leur structure. Le solo de danse à la fin renvoie dans sa temporisation à la manière dont se déclamaient les vers à l’époque d’Ovide. On l’a utilisé aussi pour créer du mouvement mentalement imaginé.

RM : Est-ce encore en lien à la vidéo, en noir et blanc projetée en extrême ralenti, représentant la mer, les vagues, la plage en plongée ? Une recherche d’horizon ?

MP : C’est un pas surtout vers les grands espaces scandinaves qui inspirent Kalevi Aho. Il s’agit d’un film que Julien avait fait d’une famille sur une plage, dont nous reprenons chaque mouvement à la fin, au ralenti.

RM : Comment Rumeur est-il reçu ?

MP : Nous proposons quelque chose de nouveau, qui peut laisser sans voix, comme cela s’est passé pour certains spectateurs. Nous nous questionnons ensemble : quelles sont les conditions nécessaires à l’émotion, comment émerge-t-elle ? Nous avons conscience de casser certains codes du spectacle, de mettre les choses à nu. C’est le travail le plus émotionnel que l’on ait fait. C’est un arc qu’on tend en permanence. Nous nous sentons nus sur le plateau, une fragilité affleure et la force de la musique fait émerger autre chose.

JR : Ce travail est une belle opportunité, nous avons beaucoup appris des danseurs en jouant avec eux et nous jouons d’ailleurs différemment chaque fois, la qualité de ce qu’on donne change en fonction de leurs émotions aussi.

RM : Avez-vous fait un choix en miroir, deux danseurs et une danseuse, une musicienne et deux musiciens ?

MP : Cela s’est fait comme ça, mais nous n’aurions pas pu faire le choix de nombreux musiciens, cela aurait dilué l’émotion.

JR : Je voulais trouver les musiciens avec lesquels je savais que la fusion opérerait.

RM : Pensez-vous retravailler ensemble pour ?

JR : J’ai des idées!

MP : A suivre !

Crédits photographiques : Michaël Pomero © Loge 22; Rumeur © Romain Etienne

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.