tous les dossiers(1)

De Fauré à Ferré, programme Verlaine avec Philippe Jaroussky

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Metz. Grande salle de l’Arsenal. 7-IV-2015. Ernest Chausson (1855-1899) : extrait du Concert pour piano, violon et quatuor à cordes en ré majeur op.21 ; Écoutez la chanson bien douce ; Gabriel Fauré (1845-1924) : Mandoline ; Green ; En sourdine ; Sicilienne en sol mineur op.78 ; C’est l’extase ; La lune blanche ; Marie-Joseph-Alexandre Déodat de Séverac (1872-1921) : Le ciel est par-dessus le toit ; Reynaldo Hahn (1874-1947) : Chanson d’automne ; D’une Prison ; En sourdine ; Fêtes galantes ; Poldowski [Régine Wieniawski] (1879-1932) : Mandoline ; La lune blanche ; Colombine ; André Caplet (1878-1925) : Green ; Claude Debussy (1862-1918) : 2e mouvement du Quatuor à cordes en sol mineur op.10 ; Fêtes galantes I ; Mandoline ; Clair de lune ; Léo Ferré (1916-1993) : Écoutez la chanson bien douce ; Colloque sentimental ; Josef Szulc (1875-1956) : Clair de lune ; Joseph Canteloube (1879-1857) : Colloque sentimental ; Charles Bordes (1863-1909) : O triste était mon âme ; Promenade sentimentale ; Camille Saint-Saëns (1835-1921) : Le vent dans la plaine ; Emmanuel Chabrier (1841-1894) : Idylle (Pièces pittoresques) ; Charles Trenet (1913-2001) : Les sanglots des violons. Philippe Jaroussky, contreténor ; Jérôme Ducros, piano ; Quatuor Ebène : Pierre Colombet et Gabriel Le Magadure, violons ; Mathieu Herzog, alto ; Raphaël Merlin, violoncelle.

Philippe Jaroussky & Ebene_Green_cop_Marc RibesL’association entre la voix de contreténor et le répertoire salonnard du tournant du vingtième siècle ne va pas de soi. Inaugurant à Metz sa nouvelle tournée dans ce répertoire, et superbement accompagné par et le Quatuor Ebène, a fièrement relevé ce nouveau défi.

Quel meilleur choix que Metz, ville natale du grand poète, pour démarrer la tournée consacrée à Verlaine par , et les musiciens du . Depuis la publication de son album « Opium » et les concerts y afférant, on connaissait les affinités de notre contreténor national avec un répertoire qu’on pourrait penser, a priori, incompatible avec ce type de catégorie vocale. De fait, si aucun des compositeurs représentés lors de ce concert n’a sans doute jamais pensé un jour qu’une de ses œuvres puisse être interprétée par une telle voix, le caractère raffiné et parfois précieux de ce répertoire semble convenir idéalement à la nature généralement subtile, fragile et diaphane d’un instrument dont on ne cesse aujourd’hui de découvrir les multiples possibilités musicales et interprétatives. Qu’on se le dise, les troubles envoutants des mélodies de , l’exquis raffinement des poèmes mis en musique par Fauré ou, de façon plus générale, la délicieuse sensualité de toutes ces compositions datant du tournant du vingtième siècle conviennent bien davantage à la voix de Philippe Jaroussky que les excès et les emportements des grands héros haendéliens, conçus pour des castrats, dans lesquels ce contreténor est vocalement et dramatiquement hors de propos. L’avenir proche dira, à l’issue de la prise de rôle à Aix-en-Provence cet été, si le rôle de Ruggiero dans l’Alcina de Haendel convient réellement à ses moyens… Ce soir, dans un répertoire qui ne lui est pas « naturellement » destiné, Jaroussky aura en tout cas su exploiter sa technique parfaitement accomplie pour surmonter une méforme physique et vocale passagère, qui aura pu occasionner de temps à autres une certaine aigreur de timbre, voire parfois quelques sons franchement mal placés. Quoi qu’il en soit, si les mélodies de salon lui vont de toute évidence comme un gant, et lui permettent de déployer les qualités vocales et musicales qui sont les siennes, il est moins sûr que les chansons de Ferré ou de Trenet gagnent à être chantées d’une manière aussi lyrique, qui pourrait presque les faire passer pour « précieuses ». Le public aura néanmoins apprécié à sa juste mesure la prise de risque d’un assez improbable cross-over….

Le programme choisi pour ce concert, entièrement consacrée à des mélodies et à des chansons composées sur des textes du grand poète français, a en tout cas fait montre de la plus grande variété dans l’inspiration des musiciens qui s’y sont intéressés. Permettant à plusieurs reprises de faire entendre deux ou trois mises en musique d’un même poème, faisant généralement se côtoyer grands classiques du genre et relatives nouveautés – Szulc, Poldowski, Bordes –, il met en relief la diversité des lectures tout en soulignant ici et là certains invariants, d’un compositeur à l’autre, dans la transposition musicale des différents textes. Le choix des tonalités contribue par ailleurs à l’unité d’un programme auquel le recours à d’habiles arrangements et transpositions contribue à enlever toute monotonie. La qualité du piano de Jérôme Ducros, bien plus que simple accompagnateur, trouve son parfait écho dans l’excellente participation des solistes du . On notera notamment la très belle prestation du violoniste Pierre Colombet.

Une belle soirée qui confirme si besoin était les trésors de musicalité d’un chanteur toujours jeune qui ne cesse d’élargir ses terrains de recherche et d’investigation.

Crédit photographique : Philippe Jaroussky, Jérôme Ducros et le Quatuor Ébène © Marc Ribes

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.