tous les dossiers(1)

Exposition Pierre Boulez à la Philharmonie de Paris

Aller + loin, Compositeurs, Expositions

Exposition « Pierre Boulez », Philharmonie de Paris, Musée de la musique du 17 mars au 28 juin.

boulezcanny-breer-archives-internationales-musikinstitut-darmstadtInutile de chercher en dehors d’une pure coïncidence le fil rouge qui relie les deux expositions événements à la Philharmonie de Paris : vous trouverez dans les nouveaux espaces, le roi de la pop (David Bowie is…) et dans l’ex-Cité de la musique (rebaptisée Philharmonie 2), l’exposition consacrée à .

On peut regretter que le nom du plus emblématique compositeur français renvoie systématiquement au cadre institutionnel qui lui sert d’écrin. En 2008, il avait été invité par le Musée du Louvre pour un monumental portrait croisé, mêlant conférences, concerts, rencontres… ainsi qu’une exposition aux dimensions relativement modestes où Boulez commentait des œuvres qui lui tenaient à cœur.

Si la proposition du Louvre cherchait à présenter une inscription de l’écriture boulézienne au carrefour des influences graphiques ou littéraires, l’exposition actuelle couvre l’intégralité d’un parcours artistique et des rôles multiples et féconds qui ont animé la vie musicale française et internationale. Ponctué par des tableaux de Piet Mondrian, Paul Klee ou encore Alexander Calder, Francis Bacon, Nicolas de Staël, André Masson et Paul Cézanne, le parcours à travers l’œuvre de Boulez associe la prolifération des sources et la superposition des univers. On lit par exemple dans la première salle de l’exposition, cette savoureuse citation :  » Jusqu’à ma rencontre avec Klee, je ne raisonnais qu’en musicien, ce qui n’est pas toujours le meilleur moyen d’y voir clair. »

2015-04-16_182539

Des espaces de transition permettent, si on le désire, de faire une pause et d’écouter dans leur intégralité des œuvres aussi emblématiques que la Deuxième sonate, Le Marteau sans maître, Pli selon pli, Rituel, Repons et pour terminer : Sur Incises. On traverse aussi bien avec la voix de qu’avec sa musique, ces six décennies de création et de réflexion. C’est par l’écoute d’une cinquantaine de documents sonores que l’on prend conscience de la cohérence de l’accrochage et du choix des éléments mis sous verre. On découvre dans ces extraits d’interviews ou d’émissions radio, un créateur alternant humour caustique et analyse captivante. Impossible de faire l’impasse également sur les documents liés aux années d’apprentissage, comme ces bulletins de notes où son maître Olivier Messiaen parle des capacités du turbulent adolescent provincial.

Sur deux étages et à travers 194 œuvres (tableaux, partitions, photographies ou lettres manuscrites), l’exposition parle aussi bien au simple curieux qu’au spécialiste éclairé. On passe successivement des débuts au sein de la Compagnie Renaud-Barrault à l’effervescence du Domaine Musical et les fameux concerts du Théâtre Marigny où se bousculaient les Cage, Berio, Stockhausen, Maderna, Pousseur, Nono… jusqu’à la naissance de l’ et la création de l’. L’obstacle d’un parcours strictement chronologique se contourne aisément à condition de s’autoriser des incartades et des trajets à rebours – démarche éminemment boulézienne, à condition de se laisser entraîner par l’écoute des documents sonores ou plonger dans le Triptych de Francis Bacon ou la Sainte Victoire sous le pinceau de Paul Cézanne, archétype de la variation comme motif d’invention.

En définitive, seule l’absence du personnage principal dans ces lieux emblématiques qu’il a pourtant contribué à bâtir, constitue l’unique regret et l’impossible reproche que l’on peut adresser à cette exposition « Pierre Boulez »…

Crédits photographiques : Pierre Boulez © A. Breer; Pierre Boulez, 1957
© Susanne Schapowalow/Internationales Musikinstitut Darmstadt

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.