tous les dossiers(1)

Les fulgurances de Yejin Gil

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Unsuk Chin (née en 1961): Six Études pour piano; György Ligeti (1923-2006): Études pour piano Livre III; Pierre Boulez (né en 1925): Incises pour piano; Olivier Messiaen (1908-1992): Quatre Études de rythme; Par lui tout a été fait (extrait des Vingt Regards sur l’Enfant-Jésus). Yejin Gil, piano. CD Solstice SOCD 300; code barre 3 279793002035; Enregistrement réalisé en la chapelle du domaine de Bayssan à Béziers du 1er au 5 septembre 2013. Livret français / anglais. 71’14.

 

yejin gil fulgurancesC’est en raflant quatre prix au Concours International d’Orléans, où elle est finaliste en 2010, que se fait connaître en France. Pianiste coréenne d’un talent rare, elle est venue parfaire ses études musicales en Allemagne où elle vit à présent.

Cet album monographique, « coup de coeur » de l’Académie Charles Cros 2014, témoigne des qualités hors norme de la jeune virtuose et de son engagement pour le répertoire des XXe et XXIe siècles.

Le programme subtilement élaboré inverse ici la chronologie (d’ à ) et met en perspective un corpus d’oeuvres (des Études pour la plupart, au sens où les conçoivent Chopin et Debussy) qui figurent comme les pierres d’angle du répertoire pianistique d’aujourd’hui.

Ainsi les six Études redoutables de la compositrice coréenne , élève de , qui s’adonne, à l’instar du Maître, à l’art des illusions acoustiques: celle du gamelan balinais dans In C donne à entendre les résonances d’un gong grave sur lesquelles s’inscrit une main droite d’une agilité d’oiseau. Après Sequenzen et Scherzo ad libitum renouvelant d’autant les univers, Scales est un flux de « pierreries légères » sous le toucher sensible de cette magicienne du son. Jouant sur les notes répétées, Grain, qui referme le cycle, est dédié à et précède dans l’enregistrement Incises du même Boulez. La pièce retravaillée jusqu’en 2001 est abordée par Yejin Gil de manière presque caressante, avec une digitalité féline qui sert admirablement l’arabesque fantasque du compositeur.

Au mitan de l’album, les deux premières études du Livre III – donné dans son intégralité – de nous mettent à l’écoute du son, celui délicat, sensuel et raffiné de l’interprète qui enchante le clavier par l’aura poétique qu’elle fait naître sous ses doigts. Autant d’atouts pour aborder l’univers d’ que la pianiste semble s’être totalement approprié. Jamais encore Mode de valeurs et d’intensités (deuxième des célèbres quatre Études de rythme) n’avait sonné avec autant de charme sans rien céder à la clarté et l’intelligence du texte. Dans Îles de feu I et II, la puissance du geste, allant vers la volupté et l’éclat des couleurs, n’altère jamais sa souplesse et le contrôle du son, souverain dans le jeu très impressionnant de l’interprète. L’énergie vertigineuse autant que la beauté des textures sonores déployées dans le sixième « Regard » Par lui tout a été fait, qui clôt cet album, laissent espérer que Yejin Gil enregistre un jour l’intégralité du cycle, cette « cathédrale sonore » – selon les termes d’Omer Corlaix qui signe une très belle notice de présentation – que l’on aimerait voir restituer sous les doigts et avec l’imagination de cette musicienne fabuleuse.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article

Lire aussi :

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.