Banniere-clefsResMu728-90

Kristjan Järvi, sound project

À emporter, CD, Musique symphonique

Parallel Tones : Strauss/Ellington. Richard Strauss (1864-1949) : Sinfonia Domestica, Op.53 ; Duke Ellington (1899-1974) : A Tone parallel to Harlem (Harlem suite) ; Igor Stravinsky (1882-1971) : Praeludium for Jazz Band. Orchestre symphonique de la Radio de Leipzig (MDR), direction : Kristjan Järvi. 1 CD Naïve. Référence : V 5404. Notice de présentation en allemande, anglais et français. Durée : 61’’. Baltic Sea Voyage. Œuvres de Carl Nielsen, Wilhelm Stenhammar, Edvard Grieg, Jean Sibelius, Gediminas Gelgotas, Arvo Pärt, Imants Kalnins, Wojciech Kilar, Igor Stravinsky, Richard Wagner. Baltic Sea Youth Philharmonic, direction : Kristjan Järvi. 1 CD Naive. Référence V 5404. . Notice de présentation en allemande, anglais et français. Durée : 68′

 

k jarvi parallel tonesLe chef d’orchestre dynamite les orchestres qu’il dirige dans des partitions bigarrées et contrastées.

Après un album Balkan Fever des plus réussis, poursuit ses voyages inattendus à travers la musique symphonique. Au pupitre de l’orchestre de la MDR de Leipzig, il confronte et . De prime abord, cette opposition n’a rien de commun, pourtant la Sinfonia domestica est la seule pièce symphonique du compositeur créée au États-Unis et qui requiert un saxophone ! La transition avec la suite Harlem de est toute naturelle tant le musicien de jazz ambitionnait de composer un poème symphonique, en s’inspirant de , dont il admirait profondément le brio-symphonique. De plus, les deux œuvres évoquent des scènes de la vie domestique : la famille Strauss ou la vie des rues de Harlem. Kristjan Järvi emporte au panache et au charisme la Sinfonia domestica dont il accentue le côté brillant et démonstratif. Cette vision permet de ne pas trop s’attarder sur les faiblesses de cette œuvre un tantinet boursoufflée. Bien évidemment, le chef est à son affaire dans Harlem, et il fait swinguer les pupitres de son orchestre allemand. En bis, il offre même un Praeludium pour jazz band de Stravinsky, première partition du Russe inspirée des jazz-clubs. Sans concurrence, cet album s’impose naturellement, autant pour la partition de Richard Strauss que pour celle de Duke Ellington, même si l’on peut préférer le disque de Neeme Järvi avec l’Orchestre de Detroit (Chandos), aux cuivres plus idiomatiques dans le jazz.

k jarvi baltic sea voyageKristjan Järvi est également la cheville ouvrière de l’Orchestre des jeunes de la Mer Baltique qu’il réunit plusieurs semaines par an pour des projets novateurs. Venant en apothéose d’une tournée de concerts à travers l’Europe, l’album « Baltic Sea Voyage » est une évocation musicale des rives de la Baltique, avec des œuvres de compositeurs issus des pays limitrophes. Comme toujours avec Kristjan Järvi, les frontières explosent : Grieg et Nielsen côtoient des contemporains comme ou . Le talent et l’énergie du chef galvanisent les jeunes pupitres qui font feu de tout bois et rivalisent d’engagement.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.