tous les dossiers(1)

Philippe Hersant par lui-même

À emporter, Biographies, Livre

Philippe Hersant, portrait d’un compositeur. Entretiens avec Jean-Louis Tallon. Éditions Nouvelles Cécile Defaut. 144 pages. 18€. Octobre 2015.

 

hersant-philippe hersant cecile dufautCe passionnant livre d’entretiens avec le compositeur permet de suivre son itinéraire personnel et d’entrer dans son atelier.

Cet ouvrage, vivant et très bien conçu, offre au lecteur la possibilité de suivre le cheminement du compositeur mais aussi de le suivre en partie dans le processus de création.
Les questions pertinentes de conduisent dans un premier temps à aborder la vocation musicale du compositeur et à découvrir sa lente et difficile maturation, jusqu’au tournant de Stances, alors qu’il a une trentaine d’années. Philippe Hersant ne cache pas ses doutes, le mélange des « certitudes enfouies » et des « empêchements personnels », ses interrogations, la difficulté à se situer et à trouver sa voie propre, dans une époque dominée par de nombreux diktats dans le domaine de la création artistique. Pensionnaire successivement de la Casa de Velázquez à Madrid et de la Villa Médicis à Rome, le compositeur a pu s’éloigner de Paris. Lui qui n’est pas l’homme d’un « systématisme musical » va se chercher à l’écart du sérialisme, de la musique concrète ou électroacoustique, des expériences aléatoires d’un John Cage ou du minimalisme, regardant plutôt du côté d’Henri Dutilleux ou de Benjamin Britten.

Dans l’atelier du créateur
Ne serait-ce que par cet aspect de la lente formation d’une personnalité musicale, ces entretiens retiendraient l’attention. Mais ils donnent aussi accès à l’atelier du compositeur. Contrairement à de nombreux créateurs, Philippe Hersant a une vraie capacité à analyser son travail, ses sources d’inspiration. Et tout particulièrement ce qui concerne la question du souvenir musical, fondamentale pour lui qui veut en permanence relier le passé et le temps présent et qui se dit auteur d’une musique fortement référencée. À travers plusieurs exemples très concrets, il montre comme un souvenir musical, qui n’est parfois qu’une bribe sonore, souvent tronquée, déformée, parfois presque impossible à identifier, devient le ferment de toute une œuvre. Ainsi de ce petit motif descendant dans l’ébauche de son Trio sur lequel il peinait dont il comprend soudain qu’il vient de La Sonnerie de Sainte Geneviève du Mont de Marin Marais. On a le sentiment que le compositeur répond en toute honnêteté, sans complaisance ou narcissisme, souvent sévère avec lui-même ou ses œuvres.

Le livre permet de retracer la genèse de très nombreuses œuvres du compositeur, d’évoquer son travail avec les instrumentistes, ses compositions pour le cinéma (notamment la musique de Être et avoir) et bien d’autres aspects de sa vie. Il est complété par un beau cahier iconographique, avec des photos et la reproduction de plusieurs pages manuscrites (Stances, Le Château des Carpathes, le 2ème Concerto pour violoncelle). Et il donne aussi des repères biographiques, discographiques et bibliographiques.
Grâce à ces entretiens très bien menés par , on dispose d’un bon livre pour mieux comprendre l’œuvre de Philippe Hersant et on pourra aussi s’en servir comme d’un guide d’écoute pour l’explorer.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.