tous les dossiers(1)

Ouvertures belcantistes avec Enrique Mazzola et l’ONDIF

À emporter, CD, Opéra

Vincenzo Bellini (1801-1835) : ouverture de I Capuleti e i Montechi ; Gaetano Donizetti (1797-1848) : ouvertures de Don Pasquale, Roberto Devereux et Ugo conte di Parigi ; Giacomo Meyerbeer (1791-1864) : ouverture de Margherita d’Anjou ; Saverio Mercadante (1795-1870) : ouverture d‘Emma d’Antiocha ; Gioacchino Rossini (1792-1868) : ouvertures de Tancredi et Il Barbiere di Siviglia. Orchestre national d’Île-de-France, direction : Enrique Mazzola. 1 CD NoMadMusic. Durée : 57’26.

 

Ouvertures d'opéraMusique « populaire » avec un bouquet d’ouvertures italiennes endiablées. Mais attention, le mélomane plus averti n’en fera pas moins quelques belles découvertes.

La photo de couverture et le sous-titre un peu ringard de l’album – « Bel canto amore mio » – semblent vouloir donner le ton. Rien de prétentieux sur cet agréable CD, qui semblerait destiné avant tout à être écouté sur la terrasse à l’heure de l’apéro, ou bien dans la cuisine au moment de l’épluchage des légumes. Détente, relaxation et vidage de cerveau, donc, pour un programme contenant des tubes ultra-connus comme l’ouverture du Barbier ou de Don Pasquale.

Mais détrompez-vous ! Car Mercadante et Meyerbeer voisinent avec Rossini et Donizetti, et bien malin celui qui saura reconnaître l’ouverture d’Emma d’Antiocha ou de Margherita d’Anjou, voire même celle de Ugo, Conte di Parigi. Même Roberto Devereux, avec sa citation du « God save the Queen », semble venir d’un autre monde. L’esprit et la structure musicale sont peut-être les mêmes, mais la découverte est bien là. Et l’on brûle ensuite de découvrir l’opéra qui fait suite…

L’interprétation de l’Orchestre national d’Île-de-France, sous la baguette d’un qui n’a plus à faire ses preuves dans ce répertoire, satisfera les belcantistes les plus exigeants. À la virtuosité instrumentale tout à fait remarquable, et non moins indispensable pour ces pages, se rajoutent la savante construction rhétorique d’un climat, la création et la gestion d’une ambiance et d’un esprit de fête qui n’appartiennent qu’au bel canto italien des premières décennies du XIXe siècle. Goûtez-y et, vous verrez, vous y reviendrez ! Vive le début du printemps, vivent les belles soirées d’été et la musique sans complexes qui les accompagnent.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
  • Martin Antoine

    Oui la photographie de couverture est ringarde sauf s’il s’agit des membres de l’ONDIF en route sur une bateau dans la baie de Naples !
    Capri c’est fini !!!!

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.