tous les dossiers(1)

Lukas Vondracek premier prix d’un brillant concours Reine Elisabeth piano

Concours, La Scène, Musique de chambre et récital

Bruxelles. Flagey-Bozar. 5-2016. Demi finalistes du Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique 2016 : oeuvres de W.A.Mozart. Fabian Firori (né en 1973) : Tears of Light.
Orchestre royal de chambre de Wallonie, direction : Paul Meyer.
Finalistes du Concours Musical International Reine Elisabeth de Belgique 2016 : oeuvres de J. Brahms(1833-1897), F.Chopin (1810-1849), S.Prokofiev (1891-1953), S.Rachmaninov (1873-1943), et P.I.Tchaïkovsky (1840-1893). Claude Ledoux (né en 1960) : A Butterfly’s Dream.
Orchestre National de Belgique, direction : Marin Alsop.

Le Concours Musical international Reine Elisabeth de Belgique est l’un des grands rendez-vous musicaux de Belgique. Chaque année, cette compétition internationale, inspirée à la Reine Elisabeth par Eugène Ysaye (dénommé Concours Ysaye à sa fondation en 1937), fait concourir de jeunes talents. La compétition est alternativement dédiée au chant lyrique, au violon et au piano. En 2017 cependant, l’année anciennement « blanche » sera pour la première fois dédiée au violoncelle ! Cette année, le concours accueillait les pianistes dans une édition brillante, au pronostic difficile. La compétition s’est déroulée en 3 étapes.

76 candidats, sélectionnés sur la base d’un DVD, ont eu accès aux premières épreuves au terme desquelles 24 demi-finalistes ont été annoncés.

Les épreuves de demi-finales se sont tenues à Flagey. Elles consistaient, pour chaque candidat, à présenter, lors de deux soirées, l’un des concerti de Mozart présélectionnés par le jury (KV466, KV503 ou le KV537), un récital (le jury ayant sélectionné l’un des deux programmes de récital préparés par le demi-finaliste qui est averti de ce choix la veille de sa prestation) et l’œuvre imposée de demi-finale : Tears of Light de . Les demi-finalistes étaient accompagnés par l’, dirigé par .

Les finalistes de cette édition 2016 (c) CMIREB

Les finalistes de cette édition 2016 (c) CMIREB

Bien que, lors des demi-finales , certains mélomanes aient jugé le choix du jury consensuel, il faut avouer que le choix n’était pas aisé. Les finales ont vu s’affronter des candidats aux grandes qualités techniques. Le jeu et les personnalités sont parfois déjà affirmés. Ils furent accompagnés par l’, sous la direction de la chef très appréciée .

Alexander Beyer, Alberto Ferro, Chi Ho Han, Atsushi Imada, Aljosa Jurinic, Yoonji Kim, Henry Kramer, Kana Okada, Dmitry Shishkin, Hans H. Suh, Lukas Vondracek et Larry Weng ont successivement présenté un concerto de leur choix ainsi que leur interprétation de l’imposé. Souvent objet de discussions parfois même de polémiques, l’imposé des épreuves finales est traditionnellement issu d’un concours de composition. Cette année, A Butterfly’s Dream a été commandé expressément à , il y a 2 ans, pour le CMIREB et a fait l’objet d’une création mondiale ce 23 mai. C’est une œuvre technique et contemporaine aux influences parfois orientalisantes, exigeante tant par l’écriture que par la sollicitation  du piano soliste. Cette partition a été préparée de façon autonome par les finalistes. Ils n’ont bénéficié, c’est l’une des marques du concours, que d’une semaine, en résidence dans le cocon de la Chapelle Musicale Reine Elisabeth, pour la travailler et s’en approprier les cadences.

(c) CMIREB Lukas_Vondracek

Le 1er lauréat de cette édition 2016 (c) CMIREB

Le jury statue sans délibération mais par addition de points. Ce 28 mai, il a décerné le premier prix au stratosphérique , 29 ans. Le Tchèque, qui a déjà entamé une belle carrière, est profondément artiste et son jeu fortement expressif. Il était l’un des favoris dès ses premières propositions. En demi-finales, son Concerto n° 21 de Mozart rehaussé de cadences de sa plume avait été un grand moment. En finale, il a subjugué la salle par sa lecture du Concerto n° 3 de Rachmaninov intense, subtile et engagée. Il a sans doute, avec celle de l’Italien Alberto Ferro, donné la meilleure et la plus variée des interprétations du splendide imposé de , totalement maîtrisé et comme réapproprié. Cependant, ses propositions contrastées et fortes posaient question avant la proclamation : allaient-elles faire consensus ? Ce fut visiblement le cas. Le jury a choisi avec lui tant la fiabilité que l’originalité de la démarche interprétative.

(c)CMIREB_Alberto_Ferro:MarinAlsop

Alberto Ferro 6ème lauréat 2016 , la chef et l’ONB (c) CMIREB

Le 2ème prix est une surprise : il revient à l’Américain Henry Kramer. La 3ème place est pour le créatif et audacieux Alexander Beyer, la 4ème place est attribuée au virtuose Coréen Chi Ho Han qui a exécuté un Concerto n° 3 de Rachmaninov tout en finesse. La 5ème  place revient au pianiste Croate Aljosa Jurinic, qui nous a gratifié d’un concerto de Chopin d’une luminosité cristalline et d’une émotion très épurées. Enfin, la 6ème place va au benjamin : l’Italien Alberto Ferro que l’on aurait pu imaginer placé plus haut sur le podium, tant pour sa vision de l’imposé de Claude Ledoux, restitué par cœur avec une aisance confondante, que pour son toucher fin, sa maîtrise, sa fraîcheur et ses interactions avec l’orchestre qui ont frappé notamment lors du Concerto n° 1 de Rachmaninov, qui était interprété pour la première fois en finale du concours depuis la création de celui-ci. Les six autres lauréats, dont le jeune Shishkin, ne sont pas classés.

 

Comme toujours, ce grand concours représente évidemment un tremplin pour le gagnant mais il offre également une belle visibilité aux autres lauréats. Le public pourra d’ores et déjà profiter de leurs concerts et récitals à Bozar début juin.

Crédits photographiques :(c) CMIREB

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.