tous les dossiers(1)

Truls Mørk et Marzena Diakun dans Prokofiev

Concerts, La Scène, Musique symphonique

Paris. Auditorium de Radio France. 10-VI-2016. Sergueï Prokofiev (1891-1953) : Symphonie concertante pour violoncelle et orchestre op. 125 ; Béla Bartók (1881-1945) : concerto pour orchestre Sz. 116-BB 123. Truls Mørk : violoncelle ; Orchestre Philharmonique de Radio France, direction : Marzena Diakun.

truls_moerk_- Morton KrogvoldRemplaçant au pied levé Mikko Franck, la jeune chef polonaise , son assistante au Philharmonique de Radio France, a dirigé avec maestria un très beau concert, dont le sommet aura été une stupéfiante Symphonie Concertante de Serge Prokofiev, avec au violoncelle.

Ils ont tous deux une histoire particulière avec l’, et . Elle en est la chef assistante depuis septembre 2015 et lui est actuellement artiste en résidence. Elle remplaçait donc Mikko Franck souffrant (une fois de plus), ouvrant ce très beau concert en compagnie du violoncelliste norvégien dans une remarquable interprétation de la Symphonie concertante pour violoncelle et orchestre de Prokofiev. Composée au début des années cinquante, l’œuvre avait été créée par Mstislav Rostropovitch, qui a joué un rôle considérable dans sa genèse. Truls Mørk avec sa sonorité chaude, envoûtante par moments, excelle à rendre tous les climats très contrastés de l’œuvre, de l’élégie déchirante à la danse endiablée ; violoncelle et orchestre entrent progressivement dans l’œuvre pour atteindre des sommets, en particulier dans le dialogue entre l’instrument soliste et les musiciens de l’orchestre. L’œuvre est réputée pour son extrême difficulté et il n’était que de voir les violoncellistes de l’orchestre observer avec passion, quand ils le pouvaient, leur confrère soliste. Truls Mørk joue un très bel instrument, un Domenico Montagnana (Venise, 1723).

DiakunLe Concerto pour orchestre de est bien une œuvre faite pour mettre en valeur un orchestre, avec tout le jeu des instruments, convoqués les uns après les autres, notamment dans le deuxième mouvement Giuoco Delle Coppie et ils ont bien brillé en effet les clarinettistes, flûtistes, trompettistes et autres… La direction très précise et vivante de Marzena Diakun fait merveille dans la distribution des rôles, la qualité des textures musicales et la clarté des voix. On pourra toutefois faire une restriction mineure sur la conduite d’ensemble de l’œuvre qui semble parfois conçue en moments successifs magnifiques plutôt que tendue en une grande coulée incandescente de musique.
Marzena Diakun, dans un entretien pour France Musique, disait que selon elle « l’unique responsabilité [du chef d’orchestre] est de prendre soin des âmes, de leur développement. ». Nul doute que ce concert y aura contribué.

Crédits photos :  Truls Mørk © Morton Krogvold ; Marzena Diakun © Marcin Torbiński

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.