tous les dossiers(1)

Michel Laplénie, un enfant du baroque

À emporter, Biographies, Livre

Michel Laplénie, un enfant du baroque. Julien Rousset. Le Festin, Bordeaux. 112 p. 13 €. Septembre 2016.

 

couv-laplenie-siteDans un livre d’entretiens, , fondateur de l’, raconte sa riche carrière de « baroqueux ». Un parcours exemplaire.

De Brive où il naît en 1943, à Bordeaux où il s’apprête en cette fin 2016 à mettre fin à Sagittarius, déroule sa vie de manière sobre et limpide : les études à Bordeaux et à Vienne, puis la région parisienne et une première carrière de professeur d’allemand délaissée dans les années 1970 pour la musique baroque, la naissance des Arts Florissants, l’Ensemble Clément Janequin, la fondation de Sagittarius en 1986, son installation en Gironde à la fin des années 1990, l’enseignement au CRR de Paris… pour ne citer que ces grandes étapes. Son parcours se révèle représentatif de la deuxième génération de ceux qu’on appela, péjorativement d’abord, les baroqueux, nés dans les années 1940-1950. Celle qui, après les premières redécouvertes fondamentales de Nikolaus Harnoncourt, Gustav et Marie Leonhardt, Alfred Deller, voire Jean-Claude Malgoire, ont creusé ce sillon. La voie choisie par (petite formation, répertoire vocal du XVIIe siècle surtout, avec préférence pour la langue allemande), et, on le devine en creux, sa personnalité moins médiatique que d’autres, ne lui ont pas valu la célébrité d’un William Christie ou d’un René Jacobs. Mais la démarche de retour aux sources, de recherche d’une (et pas de la) manière d’interpréter, fidèle à l’esprit de l’époque, la passion d’être pionniers aussi, les défis de la professionnalisation, en même temps que les opportunités qui semblaient surgir de partout, sont bien les mêmes. Et d’ailleurs, que ce soit avant la fondation de Sagittarius ou avec celui-ci, Michel Laplénie a été un compagnon de route de ces figures du baroque contemporain.

Ce livre constitue donc un témoignage de premier plan sur la renaissance du baroque dans la seconde moitié du XXe siècle. En revanche on y trouvera peu d’anecdotes, pas de révélations fracassantes (Michel Laplénie reste ainsi très évasif sur les raisons qui l’ont poussé à décider la fin de Sagittarius il y a deux ans), très peu de place est donnée à l’intime. Y figurent quelques pages plus inattendues sur Vienne, Karajan, Wagner et le festival de Bayreuth, des témoignages de personnes qui ont côtoyé Michel Laplénie, en particulier ceux de Patrick Rödel et de Gilles Cantagrel. Le ton est volontiers didactique, le propos d’une grande clarté. Si l’on ajoute à cela des notes de bas de page et de nombreuses illustrations, on peut dire qu’on tient là un excellent outil, bref et agréable à lire, pour faire comprendre aux non-initiés ce que la musique baroque doit à cette génération.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.