tous les dossiers(1)

Les enregistrements historiques de l’œuvre de Carl Nielsen

À emporter, CD, Musique symphonique

Vintage and other historical recordings. Carl Nielsen (1865-1931) : environ 94 œuvres complètes et extraits du catalogue. Nombreux interprètes et chefs d’orchestre ; Orchestre symphonique d’Etat de la Radio danoise. Coffret de 30 CD Danacord DACOCD 801-830. Enregistrements réalisés en live ou en studio au cours des années 1930-40 et 50. Mono et stéréo. Notice en anglais. Durée : plus de 36 heures.

 

nielsen_danacordLe catalogue du label danois Danacord renferme un certain nombre de pépites dont la musique nationale profite largement. Dans cet épais coffret, Danacord intègre 30 CD uniquement consacrés à l’œuvre du principal compositeur scandinave de son temps : .

Alors, il convient dès l’abord de préciser que cette somme de grande valeur risque d’intéresser en priorité les spécialistes ou amateurs curieux et pointus de la musique du père de la Symphonie Inextinguible. Cette indication s’imposait afin de ne pas rendre ce beau et précieux produit injustement déceptif. Les enregistrements dits modernes abondent et servent généreusement la musique du grand . Il vaut probablement mieux commencer par eux. Mais revenons à ces nombreuses gravures, jadis parues en 33 tours, voire pour certaines remastérisées chez Dutton. On y retrouve de fameux chefs d’orchestre qui se rendirent célèbres avec le monde symphonique nielsénien  (mais pas que) servis par l’excellent Orchestre symphonique de la Radio danoise. Des artistes de la trempe d’, , Thomas Jensen, Emil Reesen, John Frandsen, Georg Høeberg… défendent avec véracité, virtuosité et conviction les partitions de leur génial compatriote. Les autres genres (concertos, ouvertures, musique de chambre, chansons, chœurs, opéras) sont représentés dignement par le gratin instrumental danois, bien connus à l’intérieur des limites du petit royaume et parfois bien au-delà. Citons le ténor Aksel Schiøtz, la pianiste , le violoniste et gendre de Nielsen Emil Telmanyi et le fameux dans le Concerto pour violon en 1950.

C’est une page majeure de l’histoire de la musique danoise qui s’invite à nos oreilles et nous fait remonter le temps avec un soupçon de nostalgie comme pour toute évocation des époques disparues.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.