tous les dossiers(1)

Anna Netrebko, soprano vériste sans peur

À emporter, CD, Opéra

Anna Netrebko – Verismo. Francesco Cilea (1866-1950) : Io son l’umile ancella (Adriana Lecouvreur). Umberto Giordano (1867-1948) : La mamma morta (Andrea Chenier). Giacomo Puccini (1858-1924) : Un bel di vedremo (Madama Butterfly), Signore ascolta !, Tu che di gel sei cinta, In questa reggia (Turandot), Vissi d’arte, vissi d’amore (Tosca), In quelle trine morbide, Tutta su me ti posa, Manon, senti amore mio, Sei tu che piangi ?, Sola, perduta, abandonata, Fra le tue braccia, amore (Manon Lescaut). Ruggero Leoncavallo (1857-1919) : Qual fiamma avea nel guardo !… Stridono lassù (I Pagliacci). Alfredo Catalani (1854-1893) : Ebben ? Ne andrò lontana (La Wally). Arrigo Boïto (1842-1918) : L’altra notte in fondo al mare (Mefistofele). Amilcare Ponchielli (1834-1886) : Suicidio ! In questi fieri momenti (La Gioconda). Anna Netrebko (soprano), Yusif Eyvazov (ténor). Orchestra e Coro dell’Accademia Nazionale di Santa Cecilia. Antonio Pappano (chef d’orchestre). Enregistré à l’Auditorium Parco della Musica, Santa Cecilia Hall, Rome en juillet et octobre 2015 et en juin 2016. 1 CD Decca 479 5013 + 1 DVD (Live at Suntory Hall, Tokyo). Code barre 0 28947 950134. Notice de présentation en français, anglais et allemand. Durée : 1h 12’ 02’’

 

netrebkoverismo« Un soffio è la mia voce, che al nuovo di morrà ». Ecoutez cette ultime phrase de Adriana Lecouvreur de ce nouvel album d’. Whaou ! Si la manière avec laquelle elle chante ces ultimes mesures ne vous donnent pas la chair de poule, c’est à désespérer de votre sensibilité au chant. Depuis , la référence du rôle, personne n’avait chanté cet air avec autant d’implication artistique.

Jusqu’ici votre serviteur s’attardait avec une certaine (et souvent réelle) admiration sur la voix exceptionnelle de la diva russe. Sur son incontestable santé vocale qui lui permet tous les répertoires. Tous ? Sans doute mais cependant avec un certain manque de perspicacité interprétative qui lui fait souvent tout chanter sur un ton identique. Et parce que a toujours manqué d’agilité vocale, ses personnages ont fréquemment pris des allures trop pesantes. Mais, comme le veut le marché, la notoriété de la personne, ses commanditaires, on a fait de cette soprano une verdienne, une bellinienne qu’elle n’a jusqu’à aujourd’hui que difficilement été.

Jusqu’à ce qu’elle trouve la voie du vérisme. La voie et la voix. Et cet album en est une parfaite illustration. Parce qu’en plus de son insolente facilité vocale, Anna Netrebko fait partie de ces êtres qui n’ont peur de rien. N’importe quelle interprète vous le dira, il est des passages techniques d’une partition que le public, le chef d’orchestre, le soliste même voient approcher avec angoisse. Une peur de rater LA note que tous connaissent (cette fameuse note qu’attendent tant et tant de faux amateurs d’opéra, prêts à juger une soprano sur cette seule note !) C’est l’aigu pianissimo de Voce d’angelo de la Gioconda de Ponchielli, celui du Libera me du Requiem de Verdi, et tant d’autres. Avec son audace, Anna Netrebko fonce sans peur. Et ça marche !

Dans le DVD qui complète cet album, la camera s’est attardée sur trois airs qu’on retrouve dans le disque mais chantés lors d’un concert au Suntory Hall de Tokyo en mars de cette année. Dans Adriana Lecouvreur (moins bien réussi que celui du CD !), on voit que la soprano russe ne prépare d’aucune façon la dernière note pianissimo de l’aria. Chanter ce souffle de voix, puis enfler le …morrà jusqu’au fortissimo le plus puissant ne lui pose aucun problème. C’est totalement déroutant !

Très beaux aussi les airs de Liù de la Turandot de Puccini, ainsi que ce lumineux L’altra notte in fondo al mare de Mefistofele d’Arrigo Boïto. La discographie de ces airs est si abondante qu’il reste difficile de ne pas faire des comparaisons. Ainsi, en cherchant la petite bête, on pourrait avoir quelques réserves sur certaines plages quand la soprano russe donnant toute la puissance de ses graves laisse apparaître un vibrato tendant (déjà ?) à s’amplifier.

Pour autant ne boudons pas notre plaisir et donnons à cet enregistrement les meilleures notes possibles. D’autant plus que la direction d’orchestre d’ est des plus remarquables.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.