tous les dossiers(1)

Un dîner avec Jacques à l’auditorium du Musée d’Orsay

La Scène, Spectacles divers

Paris, auditorium du Musée d’Orsay, 29-IX-2016. Jacques Offenbach (1819-1880) : extraits de : Madame Favart, Les Bavards, Tromb-Al-Cazar, La Princesse de Trébizonde, Orphée aux enfers, La Belle Hélène, Robinson Crusoé, Pomme d’api, Les Contes d’Hoffmann, La Chatte métamorphosée en femme, Le Roi Carotte, Ba-Ta-Clan, Geneviève de Brabant, La Périchole, Croquefer. Argument et mise en scène : Gilles de Rico ; Décors : Bruno de Lavenère ; Costumes : Violaine Thel ; Lumières : Julien Brun ; Arrangements : Thibault Perrine ; Chef de Chant : Marine Thoreau La Salle. Avec : Vannina Santoni, La Baronne ; Antoinette Dennefeld, L’Actrice ; Yann Beuron, L’Acteur ; Jean-Sébastien Bou, Le Baron ; Franck Laguérinel, Le Majordome. Les Frivolités Parisiennes. Julien Leroy, direction.

img_2311À l’occasion de l’exposition « Spectaculaire Second Empire 1852-1870 », présentée jusqu’au 15 janvier 2017, le Musée d’Orsay s’associe à l’Opéra Comique pour co-produire un spectacle aussi éclectique que ce régime caractérisé par les fastes et le « paraître ».

En effet, l’exposition, organisée dans le cadre du 30e anniversaire de la fondation du Musée, met l’accent sur les éléments constituant la première société du spectacle et de consommation, tel ce dîner de luxe dans un cabaret, avec orchestre, que l’auditorium propose comme décor de la soirée.

Sous le Second Empire, Monsieur le Baron et Madame la Baronne invitent un célèbre couple d’acteurs à dîner. Quelques temps après les salutations conformes au protocole social, la bonne chère produit ses effets et les convives font exploser leurs fantasmes et leurs vices cachés à travers des jeux érotiques et des agissements débridés.

La mise en scène de Gilles Rico est marquée par l’anachronisme (voyage dans une autre planète où brillent des tissus en matières synthétiques, chant à la manière d’Elvis au microphone de style années 60) et par un mélange d’éléments supposés luxueux (robes des deux femmes, intérieur du cabaret) et d’objets simples (utilisation d’un vase comme casquette…). L’histoire, qui frôle l’absurde, est construite autour d’extraits d’œuvres d’Offenbach dont la plupart ont été rarement représentées : Les Bavards, La Princesse de Trébizonde, Tromb-Al-Cazar, Pomme d’api, Robinson Crusoé, Madame Favard, La Chatte métamorphosée en femme, Le roi Carotte, Croquefer. L’irrationnel et l’extravagance dominent la scène, ce qui donne en fin de compte plutôt l’impression d’une succession quelque peu forcée d’épisodes qui ont peu de choses en commun, à moins que ce ne soit le but du metteur en scène. En effet, on voit beaucoup de choses, trop de choses même : beaucoup de changements de décors, de costumes, de situations, d’ambiances… pour un spectacle d’une heure à peine.

Si ce désordre joyeux provoque une certaine perplexité, les chanteurs et l’orchestre forment incontestablement une légion d’excellence. Les deux chanteuses, la soprano et la mezzo , ont une puissance et un naturel propre à leur voix. Associer ces jeunes cantatrices à des chanteurs plus aguerris met en évidence leur qualité vocale qui n’a rien à envier à personne. À leurs côtés, (l’Acteur), (le Baron) et (le Majordome) constituent un merveilleux trio, déjanté dans le jeu d’acteur mais extrêmement solide donc convaincant — faut-il encore le préciser ? — dans la partie chantée. Le très talentueux chef dirige avec brio une vingtaine de musiciens des Frivolités Parisiennes, spécialistes des répertoires lyriques français méconnus, dans les arrangements toujours ingénieux et efficaces de Thibault Perrine.

Crédit photographique : © S. Boegly / Musée d’Orsay

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.