tous les dossiers(1)

Carolin Widmann, lecture austère des concertos de Schumann et Mendelssohn

À emporter, CD, Musique symphonique

Felix Mendelssohn-Bartholdy (1809-1847) : concerto pour violon et orchestre opus 64. Robert Schumann (1810-1856) : Concerto pour violon et orchestre WoO 23. ECM New Series 481 2635 (1 CD) Orchestre de chambre d’Europe, Carolin Widmann (violon et direction). Enregistrements réalisés en octobre et novembre 2014 à Selbu Kirke (Novège). Durée : 59’37’’

 

2427 XICMA - Official Logo WINNERSœur du compositeur , la violoniste allemande réputée pour ses interprétations de musique contemporaine et consacrée Artiste de l’année 2013 aux International Classical Music Awards, signe une belle gravure de deux sommets du romantisme germanique, mais qui pâtit de l’absence de chef.

Si le concerto de Mendelssohn a connu d’emblée la célébrité, celui de Schumann, longtemps caché par Clara Schumann-Wieck qui le trouvait curieusement trop faible, n’est réellement sorti de l’obscurité qu’à la veille de la seconde guerre mondiale. Depuis sa discographie est restée dans l’ombre de celle de son aîné, ce qui est injuste tant l’œuvre recèle de grandes beautés. Seul , génialement accompagné par , a su lui restituer toute sa richesse d’inspiration. opte pour une lecture très décantée, dirigeant de l’archet un orchestre de chambre d’Europe quasiment sans vibrato. Assez austère, le résultat ne retrouve pas l’élan inspiré de la référence qui allie la flamme de Kremer et la pulsation incomparable de Harnoncourt. Quant au concerto de Mendelssohn, cette nouvelle lecture ne peut rivaliser avec les innombrables gravures signées des maître passés et présents de l’archet (Menuhin, Heifetz, Oistrakh jadis, Vengerov récemment) accompagnés par de grands chefs à la tête d’orchestres symphoniques.

signe donc une belle gravure de ces deux pages majeures mais sans pour autant s’imposer dans une discographie considérable ; il n’est pas sûr d’ailleurs que le fait de diriger en jouant soit un plus pour des œuvres dans lesquelles la dialectique chef-soliste joue un grand rôle.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.