tous les dossiers(1)

Guerre et paix avec Joyce DiDonato

À emporter, CD, Opéra

Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : extraits de Jephtha, Giulio Cesare, Agrippina, Rinaldo, Susanna ; Leonardo Leo (1694-1744) : extrait de Andromaca ; Henry Purcell (1659-1695) : extraits de The Indian Queen, Dido and Aeneas, Bonduca or the British Heroine ; Niccolò Jommelli (1714-1774) : extraits de Attilio Regolo ; Claudio Monteverdi (1567-1643) : extrait de Il ritorno d’Ulisse in patria. Avec : Joyce DiDonato, mezzo-soprano. Il Pomo d’Oro, direction : Maxim Emelyanychev. 1 CD. Erato 0190295928469. Enregistré du 13 au 20 mars 2016. Notice de présentation trilingue (anglais, français et allemand). Durée : 79’12’’.

 

Les Clefs Resmusica

didonatoDans un florilège d’airs baroques triés sur le volet, la mezzo américaine décline la thématique de la paix et de la guerre. À l’exigence et à la pertinence du choix du répertoire s’ajoutent la science vocale et le raffinement musical.

Divisé en deux volets de longueur égale, le programme du dernier récital de oppose des pages destinées d’une part à déplorer l’horreur et la désolation qu’entraîne l’état de guerre, d’autre part à célébrer l’extase et la sérénité de la paix retrouvée. Conformément à la tradition bien implantée maintenant du récital d’airs d’opéras baroques, il permet également de faire alterner les morceaux rapides et animés avec les pages élégiaques destinées au recueillement et à la méditation. À côté de quelques grands classiques – la lamentation de la Didon de Purcell, le « Lascia ch’io pianga » de Rinaldo… – on entendra des pages moins connues de Purcell et Haendel, sans parler des trois premières mondiales que constituent les extraits de Jommelli et de Leo.

Dotée d’un tempérament vocal moins volcanique que celui de Cecilia Bartoli, dont elle est sans doute la seule à partager le même degré d’excellence, affiche dans tous ces airs sa science consommée du phrasé et de la coloration. Loin de tout excès et de toute exubérance, c’est dans la noblesse de la ligne et dans l’élégance de l’ornementation que la mezzo américaine parvient à trouver ses marques. Parfaitement contrôlé, son instrument au timbre naturellement argenté et au très léger vibratello fait merveille autant dans les pages ultra connues que dans les découvertes dont ce récital nous fait bénéficier. Dirigé par son nouveau chef , l’ensemble Il Pomo d’Oro fait preuve de sa précision et don énergie coutumières, même si son jeu semble légèrement moins incisif que du temps où il était dirigé par .

Il s’agit, on l’aura compris, d’un CD on ne peut plus recommandable sur le plan musical, et qui de plus laisse planer un message d’espoir pour tous ceux dont le moral pourrait être quelque peu assombri par les tristes événements de l’actualité du moment…

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.