tous les dossiers(1)

Douceur et volupté dans Chopin avec le jeune Seong-Jin Cho

À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

Frédéric Chopin (1810 – 1849) : Concerto pour piano et orchestre n°1 en mi mineur, op. 11. Ballade n°1 en sol mineur op. 23. Ballade n°2 en fa majeur op. 38. Ballade n° 3 la bémol majeur op. 47. Ballade n°4 en fa mineur op. 52. London Symphony Orchestra, direction : Gianandrea Noseda. Piano : Seong-Jin Cho.
1 CD Deutsche Grammophon 00289 479 5941. Enregistrement au Studio Abbey Road, London en juin 2016 (Concerto) et à la Friedrich-Ebert-Halle de Hamburg en septembre 2016 (Ballades).

 

Les Clefs Resmusica

71bef7dsuql-_sl1200_Pour sa deuxième version au CD du premier Concerto pour Piano de , le jeune Seong-Jin Cho trouve une grâce rare, d’une délicatesse à l’opposé de la plupart des pianistes sortis d’écoles de Corée, souvent machines à musique agiles mais rarement incarnées.

Du haut de ces vingt-deux ans, il livre dans son premier enregistrement studio pour Deutsche Grammophon une magnifique version des quatre Ballades, dans la continuité de celui qu’il avoue admirer plus que tout dans ces œuvres, Krystian Zimmerman.  Le Concerto est malheureusement plombé par la direction inadaptée du chef italien .

Parmi les jeunes premiers du piano lancés chaque année, il est probable que celui-ci reste quelques années, voire même quelques décennies sur la scène internationale, s’il garde cette ductilité dans le doigté. L’ouverture symphonique du Concerto choque par tant de lourdeur, assez incompréhensible de la part d’un chef de la qualité de Noseda, accompagné du très souple . Quelques passages retrouveront plus de volupté, aux violons au milieu de l’Allegro maestoso (10’), ou lors de la coda (20’). Mais jamais le chef ne semble trouver la clé pour développer le romantisme de l’œuvre, laissant toute la sensibilité au pianiste.

Dès son entrée, le toucher de ravit, laissant transparaître une maturité impressionnante dégagée de toute tentation d’impressionner. Il nomme pour mentor Zimmerman et en effet c’est vers le polonais qu’il est possible de se tourner pour évoquer l’impériale capacité à exalter cette musique si complexe. La Romance démarre là encore trop soulignée à l’orchestre, mais le piano (1’05’’) vient contrebalancer cet effet grâce à une finesse empreinte d’émotivité ; le Rondo trouvera la même disparité.

Pour clore, les quatre Ballades impressionnent elles aussi, et si elles sont redevables au mentor polonais pour leur expression du sentiment, ce n’est jamais ici une imitation servile, mais bien une capacité émotionnelle personnelle de , particulièrement développée dans l’opus 23. L’opus 47 pourra sembler presque trop léger mais la dernière pièce, magnifique opus 52 en fa mineur, est d’une formidable volupté. Abstraction faite de l’accompagnement orchestral, voilà un magnifique CD que tout passionné de Chopin doit absolument écouter !

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.