tous les dossiers(1)

Remise des prix ICMA et concert de gala 2017

01.04.2017, Gewandhaus zu Leipzig, Mendelssohnsaal. ICMA Gala, Gruppenfoto © Gert Mothes

Dix solistes, un orchestre de chambre, un chœur et un grand orchestre symphonique, ainsi que la présence de presque tous les musiciens qui ont remporté les 2017.

Dans son discours d’ouverture, le président du jury des , Rémy Franck, a déclaré avec enthousiasme : « Depuis la première édition de nos prix en 2011, nous n’avons jamais pu accueillir tant d’invités lors d’une cérémonie de remise des prix qu’ici à Leipzig ! » Et le succès a été couronné après la cérémonie par un concert de gala, de près de trois heures, au Gewandhaus de Leipzig.

ICMA-Award-Ceremony-2017-Zimmermann-Catto-c-Serhan-Bali

L’Artiste de l’année honorée par le secrétaire général des , Nicola Catto © Serhan Bali

La septième édition des ICMA a eu lieu pour la première fois en Allemagne, et ce, dans la « ville musicale par excellence », comme l’a remarqué dans son discours d’ouverture le directeur du Gewandhaus, Andreas Schulz. L’adjointe au maire de Leipzig chargée de la culture, Skadi Jennicke, a avoué que c’était un grand honneur pour la ville d’accueillir cet événement qui, selon elle, symbolise parfaitement un mérite particulier de la culture : promouvoir les relations internationales, non seulement culturellement, mais aussi socialement ou politiquement.

La cérémonie de remise des prix à Leipzig était différente de celle des six premières années. Elle comprenait non seulement la présentation des trophées, mais aussi des représentations musicales. Pour celles-ci, on a d’abord pu entendre le lauréat d’un des « Prix spéciaux », l’Ensemble Esperanza, soit un orchestre de chambre de jeunes provenant de différents pays, et étudiants de l’ de la Principauté du Liechtenstein. Rémy Franck a dit : « Je pense que l’Ensemble Esperanza est une antithèse parfaite de la déclaration de Kurt Tucholsky : ‘Le monde moderne est frappé par la malédiction de la médiocrité’ ».

ICMA-Award-Ceremony-2017-Lifetime-Achievement-Salminen-15-c-Serhan-Bali

Le lauréat du Prix pour l’ensemble de la carrière © Serhan Bali

Cet ensemble est mené par son premier violon, Chouchane Siranossian, qui est elle-même également lauréate de la catégorie « baroque instrumental ». Parmi les autres artistes qui se sont produits sur scène lors de la cérémonie de remise des prix, figurent le pianiste belge Florian Noack (gagnant dans la catégorie « solo instrumental ») et Robert Neumann, un pianiste allemand de 15 ans, lauréat du « Prix découverte ».

La liste des gagnants est consultable via ce lien.

Le concert de gala dans la salle principale du Gewandhaus était le point culminant de la soirée. Bien que les chanteurs et Julian Prégardien n’aient pas pu apparaître sur scène pour raison de santé, les autres interprètes, ainsi que l’Orchestre du Gewandhaus sous la direction du chef italien Francesco Angelico, ont pu mettre en valeur non seulement la grande diversité des ICMA, mais aussi l’événement lui-même, et ce, par de belles prestations.

Le concert a commencé par le Prélude des Maîtres chanteurs de Nuremberg de , suite à quoi la « Jeune artiste de l’année », , a fasciné par une exécution brillante et pleine d’éclat du Molto allegro du Concerto pour piano et orchestre n° 5 opus 103 de .

ICMA-Award-Ceremony-2017-Young-Artist-of-the-Year-Pacini-Dreisig-16-c-Serhan-Bali

Les Jeunes artistes de l’année : et © Serhan Bali

Puis, l’Ensemble Esperanza a interprété deux extraits de la Suite pour cordes du Temps de Holberg d’ ; et Chouchane Siranossian et ont offert une prestation remarquable d’un mouvement de la Sonate des trilles du diable de . Par la suite, l’autre « Jeune artiste de l’année », la soprano franco-danoise , a donné Quando m’en vo de La Bohème de , et a joué les Variations sur un thème Rococo de , en mettant fin à la première partie de la soirée.

L’altiste , « l’Artiste de l’année », était éblouissante dans son interprétation de l’Andante e Rondo ungarese de .

Le trompettiste hongrois Gábor Boldoczki a exécuté un mouvement du Concertino pour trompette et orchestre de Krzysztof Penderecki, tandis que Robert Neumann était étourdissant de virtuosité dans le finale du Concerto pour piano et orchestre n° 2 de .

ICMA-2017-Bezaly-by-Franck

a représenté le label de l’année BIS lors du concert de gala © Rémy Franck

Puis, a superbement joué deux pièces pour piano seul de Tchaïkovski, extraits respectivement de l’Album pour enfants et des Saisons ; après elle, le Chœur de la Radio MDR a chanté l’Abendlied de Josef Rheinberger. , représentante du label suédois BIS, désigné le « Label de l’année », a interprété un extrait du tout nouveau Concerto pour flûte de Jeff Beal.

Carolin Widmann, violoniste basée à Leipzig, a conclu le concert en interprétant le dernier mouvement du Concerto pour violon n° 2 en mi mineur opus 64 de , chef célèbre de l’Orchestre du Gewandhaus dans la première moitié du XIXe siècle.

La prochaine cérémonie de remise des ICMA aura lieu le 6 avril 2018 à Katowice en Pologne avec l’Orchestre symphonique de la Radio polonaise.

Photo 1 : 01.04.2017, le Gewandhaus de Leipzig, Salle Mendelssohn, remise des prix, photo de groupe © Gert Mothes

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.