tous les dossiers(1)

Dinu Lipatti, l’ange du piano

À emporter, CD, Musique de chambre et récital, Musique symphonique

Dinu Lipatti – Édition du 100e Anniversaire. Œuvres de Johann Sebastian Bach (1685-1750) ; Béla Bartók (1881-1945) ; Johannes Brahms (1833-1897) ; Frédéric Chopin (1810-1849) ; Georges Enesco (1881-1955) ; Gabriel Fauré (1845-1924) ; Edvard Grieg (1843-1907) ; Dinu Lipatti (1917-1950) ; Franz Liszt (1811-1886) ; Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791) ; Maurice Ravel (1875-1937) ; Nikolaï Rimski-Korsakov (1844-1908) ; Robert Schumann (1810-1856) ; Domenico Scarlatti (1685-1757) ; Franz Schubert (1797-1828). Inclus son dernier récital du 16 septembre 1950, Salle du Parlement, Festival International de Musique de Besançon. Dinu Lipatti, piano, clavecin ; Nadia Boulanger, piano. Georges Enesco, violon. Antonio Janigro, violoncelle. Irène Kedroff, soprano ; Marie-Blanche de Polignac, alto ; Hugues Cuenod, Paul Derenne, ténor ; Doda Conrad, basse. Philharmonia Orchestra, direction : Herbert von Karajan, Alceo Galliera. Orchestre du Festival de Lucerne, direction : Herbert von Karajan. Tonhalle-Orchester de Zurich, direction : Otto Ackermann. Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam, direction : Eduard van Beinum. Orchestre de la Suisse Romande, direction : Ernest Ansermet. Orchestre Symphonique de la Radio Sud-Ouest Allemande, direction : Paul Sacher. 12 CD Profil Hänssler. Enregistré entre le 25 juin 1936 et le 16 septembre 1950 à Paris, Bucarest, Amsterdam, Baden-Baden, Berlin, Berne, Genève, Lucerne, Zurich, Londres, Besançon. ADD [mono]. Notices bilingues (allemand-anglais) bonnes. Durée : 671’.

 

profil_dinu_lipattiLe 2 décembre 1950, le pianiste et compositeur , né à Bucarest le 19 mars 1917, meurt à Genève à 33 ans de la pénible maladie de Hodgkin. Pour le 100e anniversaire du pianiste roumain, Warner Classics, détenteur des gravures studio EMI d’origine, ne lui consacre toutefois qu’un modeste hommage « Immortal  » en 3 CDs (9029586789) supplanté par cette belle édition de 12 CDs Profil évidemment nettement plus proche de l’exhaustivité.

En effet il est clair que, de la part de l’éditeur allemand Profil Hänssler, il s’agit d’une véritable volonté d’offrir aux mélomanes le plus possible de témoignages proches d’une intégrale, dans l’état actuel des recherches de documents sonores, et que vis-à-vis de cette démarche, Warner Classics ne fait pas le poids avec l’édition nouvelle en 3 CDs et aurait dû s’en tenir à son album de 7 CDs « Icon » The Master Pianist (2073182), même si les bandes du dernier récital du 16 septembre 1950 lors du Festival International de Musique de Besançon ont fait l’objet de la part de Warner d’un tout nouveau remastering. Car il ne faut pas oublier que, hormis ce légendaire récital miraculeusement préservé sur bande magnétique par la Radiodiffusion Française, toutes les gravures de furent effectuées en 78 tours ou sous forme d’acétates radio plus ou moins précaires, et que par conséquent, bien que la plupart soient parfaitement audibles, il ne faut pas s’attendre à de la haute-fidélité, malgré toutes les tentatives d’amélioration des divers éditeurs.

De fait, dès 2008, nous regrettions que le coffret The Master Pianist ne contienne pas les précieux enregistrements publiés par le label roumain Electrecord, car même si ces vénérables gravures étaient légèrement déficientes sur le plan sonore, elles étaient et restent inestimables, notamment par la présence simultanée de Dinu Lipatti au piano et de au violon, dans des œuvres de ce dernier : tout cela nous est enfin restitué dans un son apparemment moins fragile dans l’édition Profil actuelle. Mais de manière incompréhensible, il semble bien que ce ne soit pas l’édition correcte Electrecord qui soit à la base de cette réédition de l’adorable Concertino en style classique pour piano et orchestre de chambre op. 3 de et par Lipatti sous la direction de , car il y manque brutalement l’anacrouse du 3e mouvement Allegretto, défaut tel qu’on peut le trouver sur YouTube ! C’est totalement inadmissible de la part de Profil et cela repose une fois de plus l’éternel problème de la nécessaire dualité technicien-musicien à part égale chez une même personne…

Plus fragiles encore, ces documents sans doute issus du label allemand Archiphon, qui remontent aux toutes premières captations de Lipatti en juin 1936 à l’École Normale de Musique de Paris (Bach sur un clavecin rendu impossible par l’enregistrement, puis Brahms au piano fort filtré)… Et puis une surprise : quel bonheur de retrouver le violoncelliste italien (1918-1989) en compagnie de Lipatti dans trois « bis » de Fauré, Ravel et Rimski-Korsakov, en des pressages test excellents mais plus récents de la Columbia à Zurich le 24 mai 1947 ; il est vraiment dommage que Profil n’ait pas pu obtenir l’usage de toutes ces gravures test telles que présentes sur le CD Archiphon ARC-WU182, où figuraient également des pages de Bach et Beethoven pour violoncelle et piano.

Si par ailleurs l’édition Profil reprend intégralement les enregistrements EMI-Warner, une petite particularité concerne les gravures des 14 Valses de Chopin du 3 au 12 juillet 1950 au Studio 2 de Radio Genève : Lipatti les avait enregistrées dans le désordre afin de les disposer au mieux selon les contraintes de durée du 78 tours. À la disparition de Lipatti, les éditions EMI suivantes de ces gravures studio, que ce soit en LP ou CD, semblent avoir toujours suivi un seul autre désordre ne respectant pas la chronologie des gravures mais proche de la volonté de Lipatti connue par le « live » de Besançon. Finalement, pour les gravures studio, l’édition Profil actuelle reprend l’ordre traditionnel par numéro d’opus, sans doute afin de varier la structure de chacun des deux récitals.

En définitive, malgré les quelques inconsistances techniques de l’enregistrement, c’est toujours le même miracle qui se produit : miracle du message d’un être bien trop tôt disparu, à la spiritualité la plus élevée, quelles que soient les circonstances et les difficultés. Un modèle pour nous tous, pour une société qui, plus que jamais, en a bien besoin.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.