tous les dossiers(1)

Mozart et Poulenc réunis par des Sonates pour violon et piano

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Wolfgang Amedeus Mozart (1756-1791) : Sonates pour piano et violon en sol majeur, K. 301 ; en mi mineur, K. 304 ; en si bémol majeur, K. 378 ; Francis Poulenc (1899-1963) : Sonate pour violon et piano, révision de 1949. Esther Hoppe, violon ; Alasdair Beatson, piano. 1 CD Claves 50-1701. Enregistrement réalisé au Studio 2 de la Radio bavaroise, Munich, les 16 et 17 avril 2016. Notice trilingue : français, allemand, anglais. Durée : 67’23

 

mozart_poulenc_claves comptait Mozart parmi ses compositeurs préférés. Son unique Sonate pour violon et piano côtoie dans cet enregistrement trois sonates pour le même effectif du compositeur autrichien.

La mort du poète espagnol Federico García Lorca, assassiné par les nationalistes en 1936, choqua Poulenc, car il lui vouait une grande admiration. Il lui dédia sa partition, dont la réalisation doit beaucoup à l’insistance de la célèbre violoniste : en effet, Poulenc, qui semble ne pas avoir été très à l’aise face à l’instrument, bénéficia des conseils techniques de la virtuose française en 1942-43. La création de l’œuvre à Paris, le 21 juin 1943, que le compositeur assura avec Neveu, ne souleva pas un grand enthousiasme. Lui-même confia : « Ma Sonate… n’est hélas pas du meilleur Poulenc ». Il procéda à une révision ; l’achèvement du dernier mouvement (Presto tragico) précéda de peu la mort dans un accident d’avion de , dont le nom figura depuis aux côtés du premier dédicataire. « À vrai dire, je n’aime pas le violon, au singulier… Mais pouvais-je résister à une suggestion de  ! », disait Poulenc. Les trois mouvements Allegro con fuoco, Intermezzo et Presto tragico valent plus que ce qu’en pensait sans fausse modestie le compositeur, surtout sous les doigts de deux solistes accomplis, la violoniste Esther Hope, et le pianiste .

Des trois Sonates de Mozart, composées en 1778 et 1779, la célèbre K. 378, écrite à Salzbourg, est parfaitement rendue, avec son Allegro moderato dont le premier thème, doux, donné au piano puis au violon contraste avec le second thème, plus sombre, défendu par le violon. Les interprètent soulignent avec délicatesse le très bel Andante sostenuto e cantabile opposé au Rondo final qui se termine par une coda dominée par des pizzicati actifs et virtuoses, par un charme délicat et animé.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.