tous les dossiers(1)

Biographie de Gabriel Fauré par Jacques Bonnaure

À emporter, Biographies, Livre

Gabriel Fauré. Jacques Bonnaure. Editions Actes Sud, Arles. 192 pages. 18 €. Avril 2017.

 

Fauré Bonnaire LivreAprès Saint-Saëns et Massenet, Jacques Bonnaure nous livre maintenant une biographie de , toujours dans la collection Actes Sud-Classica. Malheureusement cette fois, le résultat déçoit, et s’il permet une première approche rapide et relativement concrète de l’artiste, il trouve vite ses limites, d’autant que ce livre est en concurrence directe avec celui du grand spécialiste de Fauré, Jean-Michel Nectoux, moins cher et plus complet.

Le texte commencé page 11 s’interrompt page 150 après tout juste cent quarante pages, largement encadrées de blanc dans un format déjà peu large, ne permettant pas de développer particulièrement la vie et les œuvres du grand artiste français de la seconde moitié du XIXe siècle et du début du XXe. En annexe une chronologie, une bibliographie et une discographie s’ajoutent à un index des noms puis des œuvres, dont on louera le descriptif rigoureux de chaque mélodie.

Dix chapitres composent l’exposé, et s’ils sont habilement répartis, on ne peut déjà s’empêcher de penser qu’ils suivent la même ligne de pensée que la biographie de Jean-Michel Nectoux publiée dès 1972 aux éditions du Seuil (2e édition augmentée en 1995), avec par exemple pour premier chapitre « Un Pyrénéen à Paris (1845-1870) » pour Bonnaure et « Un jeune organiste en Province (1845-1870) » pour l’aîné, quand auparavant dans les deux cas un court texte a cherché à présenter et à défendre Fauré, « passablement décrié parce qu’inactuel en pleine période post-sériel » au Seuil, tandis que l’artiste n’a « pas l’hermétisme des modernes qui se fonde sur le postulat que le temps viendra où cette musique sera enfin appréciée » lorsque l’on parle des mêmes de Darmstadt dans la nouvelle publication.

Idem pour une partie titrée « Le Temps des Fêtes galantes » contre « Fêtes galantes » chez Nectoux, suivi de « Parallèlement ; Prométhée » contre « De Londres à Béziers, et de Pelléas à Prométhée » pour parler de la même période chez Bonnaure. On remarque alors une forte utilisation des thèmes de l’ouvrage du spécialiste et un jeu de paraphrases par le second, dues sans doute au manque de temps et au faible apport d’éléments nouveaux par rapport au travail considérable de Jean-Michel Nectoux, d’ailleurs souvent cité, notamment pour son recueil sur la correspondance du compositeur disponible chez Fayard.

Mêmes jeux également de mélange entre bouts de vie et descriptifs d’œuvres insérés dans le corps du texte, bien trop inutiles et récurrents quand on a si peu de place, et semblant à l’inverse être même plutôt fait pour en occuper, d’autant que l’affinité du journaliste avec le sujet transparaît finalement assez peu, même s’il semble avoir bien étudié les partitions de Fauré, tandis qu’elle déborde dans l’intérêt et l’affection portés au compositeur par le spécialiste dans l’ouvrage plus ancien. Au final, ce livre ne nous apprend rien de neuf, et en plus de n’avoir ni photos ni extraits de partitions, il coûte 18 € contre 11,20 € pour celui de Nectoux. Alors, sauf à vouloir jouer l’effet collection dans sa bibliothèque, l’utilité de cette nouvelle publication semblera du reste franchement mineure.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.