tous les dossiers(1)

Joyce DiDonato impressionne en guerre et paix

Concerts, La Scène, Musique de chambre et récital

Essen. Philharmonie. 27-V-2017. In War and Peace – Harmony through Music. Georg Friedrich Haendel (1685-1759) : extraits de Jephtha, Giulio Cesare, Agrippina, Rinaldo, Susanna ; Leonardo Leo (1694-1744) : extrait de Andromaca ; Henry Purcell (1659-1695) : extraits de The Indian Queen, Dido and Aeneas, Chaconne en sol-mineur ; Emilio de’ Cavalieri (1550-1602) : extrait de Rappresentazione di anima e di corpo ; Carlo Gesualdo da Venosa (1556-1613) : Tristis est anima mea ; Arvo Pärt (né en 1935) : Da pacem Domine ; Niccolò Jommelli (1714-1774) : extraits de Attilio Regolo ; Richard Strauss (1864-1949) : Morgen! Chorégraphie et danse : Manuel Palazzo. Mise en scène : Ralf Pfleger. Lumières : Henning Blum. Vidéo : Yousef Iskandar. Joyce DiDonato, mezzo-soprano. Il Pomo d’Oro, direction : Maxim Emelyanychev.

Didonato 2 est actuellement en tournée pour promouvoir son album In War and Peace. Mais le récital qu’elle donne à Essen est bien plus qu’un  acte de publicité.

La guerre est omniprésente dans l’univers de l’opéra baroque. On se dispute l’influence, le pouvoir, les femmes. À la fin pourtant, sonne l’heure de la justice. Les mauvais sont punis et les amants s’embrassent. Pas toujours, certes, mais souvent. C’est autour de cette dichotomie de guerre et paix dans l’opéra baroque que a construit le programme de son dernier CD, Clef ResMusica. Mais la mezzo américaine ne veut pas nous faire un cours d’histoire ni de musicologie. Elle veut, en revanche, faire passer un message tout à fait actuel en nous incitant à chercher la paix au milieu d’un monde où règnent la violence et le chaos.

Pour sa tournée de promotion DiDonato ne se borne donc pas à présenter les airs les plus beaux de son album. Elle s’associe, au contraire, à un metteur en scène et à un danseur, elle ajoute lumières et projections, pour toucher au mieux son public et ainsi faire passer son message humaniste. Le résultat est poignant quoique purement illustratif. Et c’est finalement la musique qui, malgré tout, impressionne le plus.

C’est évidemment le mérite de Joyce DiDonato elle-même. La beauté de son timbre argenté, la facilité de ses vocalises, son art des nuances et des couleurs font de chacune de ses interventions un véritable moment de grâce. La fureur d’Andromaque, le désespoir de Didon, la tristesse d’Almirena : chaque air touche droit au cœur. Et il en est de même avec les airs « paisibles » de la deuxième partie qui se termine par un « Da tempeste » (Giulio Cesare) d’une exubérante joie.

Mais le mérite revient ce soir également aux formidables musiciens de l’ensemble Il Pomo d’Oro dirigés avec brio (et du clavecin) par leur chef ; et qui n’hésitent pas à se mesurer, pour un dernier bis, à l’orchestration postromantique de , avec un « Morgen » aussi insolite que gorgé d’émotions.

Crédit photographique : © Sven Lorenz

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
  • Jean Pufajolu

    Le spectacle sera retransmis en direct de Barcelone, dimanche à 18H sur Arteconcert : http://bit.ly/JDDWarFR

Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.