tous les dossiers(1)

Sonates romantiques par Yan Levionnois et Guillaume Bellom

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Franz Schubert (1797-1828) : Sonate pour arpeggione et piano en la mineur D.821 ; Felix Mendelssohn Bartholdy (1809-1847) : Sonate pour violoncelle et piano en ré majeur op. 58 ; Richard Strauss (1864-1949) : Sonate pour violoncelle et piano en fa majeur op. 6. Yan Levionnois, violoncelle ; Guillaume Bellom, piano. 1 album Fondamenta (1 CD Fidelity/haute fidelity + 1 CD Mobility/version adaptée aux écoutes par baladeur, ordinateur et en voiture). Enregistré à la salle Cortot à Paris, en janvier 2017. Durée : 76’23.

 

levionnois_bellom et , deux musiciens pleins de talent au palmarès fort impressionnant nous livrent leur lecture de trois chefs-d’œuvre romantiques germano-autrichiens pour violoncelle et piano.

Il existe un lien entre chacun des compositeurs sélectionnés, Schubert, Mendelssohn et . fascina durablement de nombreux créateurs dont et . En effet le premier ne cacha jamais sa fascination pour la musique de ses devanciers, en particulier pour celles de Schubert (et de Bach) tandis que le second laisse apparaître des références qu’il ne masque nullement, notamment Mendelssohn (et Schumann).

La Sonate pour arpeggione (une guitare à archet qui connut un succès très temporaire) et piano inspira Schubert qui signa là, en 1824, une partition caractéristique de son génie mélodique. Trois décennies plus tard, en 1843, Mendelssohn, avec son style reconnaissable fait de fluidité et de logique thématique finement travaillée et d’un naturel indéniable, composa sa Sonate pour violoncelle et piano n° 2. La lecture de ces deux pièces majeures s’inscrit dans un classicisme  interprétatif. Richard Strauss nous laisse une Sonate fort bien mise, commencée à l’âge de 16 ans, ce qui ne l’empêcha pas de perdurer même après ses réussites dans les domaines du poème symphonique et de l’opéra. Son puissant élan romantique fondé sur un classicisme fort bien intégré reçoit ici, à notre avis, un traitement quelque peu trop sage et prudent, plus largement un discret manque de relief et de flamme. Néanmoins l’ensemble de cet album  est à conseiller pour sa musicalité, sa loyauté et sa solidité.

Une belle complicité artistique.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.