tous les dossiers(1)

Deux Dutilleux face à face dans un disque chambriste

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Henri Dutilleux (1916-2013) : Sarabande et cortège, pour basson et piano ; Sonatine, pour flûte et piano ; Sonate, pour hautbois et piano ; Choral, cadence et fugato, pour trombone et piano ; Trois Strophes sur le nom de SACHER, pour violoncelle solo ; Les Citations, diptyque pour hautbois, clavecin, contrebasse et percussion. Nora Cismondi, hautbois ; Emmanuel Curt, percussion ; Alexis Descharmes, violoncelle ; Mathieu Dupouy, clavecin ; Fany Maselli, basson ; Magali Mosnier, flûte ; Jonathan Reith, trombone ; Axel Salles, contrebasse ; Sébastien Vichard, piano. 1 CD Label-Hérisson LH15. Enregistré de janvier à mars 2016 au CNSM de Paris. Notice bilingue (français, anglais). Durée totale : 54’09 ».

 

DutilleuxDans un CD impeccablement réalisé, un hommage à la musique de chambre d’ permet d’apprécier la « mutation stylistique » du compositeur.

Le centenaire de la naissance de Dutilleux, en 2016, a fourni maintes occasions d’explorer l’œuvre de celui qui fut l’un des plus grands compositeurs français de l’après-guerre ; et maintenant que sa mort, survenue en 2013, glisse dans le passé, les artistes commencent à outrepasser ces anathèmes que sa propre modestie, un peu entachée de perfectionnisme tyrannique, jeta sur son œuvre précoce – la production d’avant 1948 : des pièces qu’il jugeait trop inabouties, ou trop peu conformes à sa dernière sensibilité esthétique pour autoriser qu’on en fît l’exécution. Fruit de cette conjonction d’astres favorables, le présent enregistrement a deux mérites : celui d’entrer dans l’œuvre du maître par la porte de la musique de chambre, bien loin des classiques que sont devenues les Métaboles ou la Deuxième Symphonie ; et celui de lever le voile sur des pièces trop longtemps tenues confidentielles, qu’il s’agisse des « œuvres de concours » des années 40 (dont seule la Sonatine pour flûte avait, du vivant du compositeur, véritablement échappé au secret), ou des « œuvres de la fin », comme Les Citations, présentées ici dans leur ultime version de 2010.

Admettons-le tout de même : Dutilleux n’avait pas tout à fait tort de tenir pour mineures la Sarabande pour basson ou la Sonate pour hautbois. Il y a même quelque amertume à voir la postérité, prophète à peu de prix, se délecter de ces pièces qu’elle aurait à jamais oubliées si des chefs-d’œuvre ne les avaient suivies. Pour autant, on ne boude pas ce petit catalogue pour vents, qui semble prolonger celui que Poulenc écrivait au même moment ; toutes ces courtes pièces s’écoutent agréablement, surtout dans une version aussi soignée et spirituelle que celle que livrent, autour du pianiste , ces instrumentistes issus de l’école française. Le timbre soyeux du basson de fait merveille ici, et le trombone de , dans le Choral, cadence et fugato au titre franckien, ne manque ni de présence, ni de conviction, sans sérieux excessif.

Les Trois strophes sur le nom de SACHER, pour violoncelle seul, sont d’une autre trempe ; elles sont si souvent jouées en bis du concerto Tout un monde lointain… qu’on finirait par oublier ce qui les rend intrinsèquement géniales : l’énergie rythmique, l’inventivité instrumentale, l’originalité formelle. Cette musique presque trop concise trouve en un défenseur idéal, lui qui d’un jeu très sûr, sait donner corps, en quelques secondes, aux atmosphères qui se succèdent. Les Citations, enfin, dans leur forme définitive, semblent avoir trouvé l’équilibre qui leur manquait, entre profusion des idées et unité d’inspiration ; elles se hissent à présent sans conteste au rang des plus belles œuvres du compositeur.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.