Musica2

Nuit, théâtre, histoires d’amour et de guerre avec Monteverdi et le Concerto italiano

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Claudio Monteverdi (1567-1643) : Sinfonie extraites de L’Orfeo et Il ritorno d’Ulisse in patria, Combattimento di Tancredi e Clorinda et Lamento della ninfa extraits du livre 8, lamento « Vivrò fra i miei tormenti e le mie cure » extrait du livre 3, « Al lume de le stelle » et sinfonia extraits du livre 7, « A dio, florida bella » extrait du livre 6, « Ecco mormorar l’onde » extrait du livre 2, « Quando l’alba in oriente » extrait des Scherzi musicali. Concerto Italiano (Monica Piccinini et Anna Simboli, sopranos ; Aurelio Schiavoni, alto ; Gianluca Ferrarini et Raffaele Giordani, ténors ; Matteo Bellotto, basse), direction : Rinaldo Alessandrini. 1 CD Naïve. Enregistré en avril 2016. Notice de présentation bilingue (français et anglais). Durée : 68’15’’.

 

MonteverdiTout le contraire de récentes parutions, cette nouvelle version des grands madrigaux de Monteverdi se caractérise par une théâtralité affirmée. et le nous emmènent vers de nouveaux sommets.

Notre précédente chronique des madrigaux de Monteverdi par Les Arts Florissants mettait le doigt sur le manque de théâtralité de la direction de Paul Agnew et de la performance des principaux chanteurs. C’est donc à point nommé que nous arrive cette nouvelle version, due cette fois-ci à et au . Loin d’être une compilation de précédents enregistrements par les mêmes interprètes, cet album est constitué de captations récentes, construites autour d’un passionnant projet artistique destiné à mettre en valeur, dans l’œuvre de Monteverdi, la thématique de la nuit, de la guerre et de la passion amoureuse. C’est sur un fascinant « Hor che’l ciel e la terra », composé à partir d’un sonnet de Pétrarque, que démarre cette formidable démonstration de rhétorique, autant verbale que musicale. La subtile architecture des volumes sonores confère au madrigal polyphonique un dramatisme rarement atteint. De façon similaire, le Combattimento est l’un des plus passionnés que l’on ait pu entendre ces dernières décennies, et rarement le mariage d’Éros et de Thanatos aura été consommé avec une telle puissance. En toute logique, le parcours initiatique se poursuit avec le lamento « Vivrò fra i miei tormenti e le mie cure », une pièce écrite près de quarante ans auparavant au cours de laquelle Tancrède pleure la mort de Clorinde. Et le Lamento della ninfa, paradigme de la femme abandonnée, chante autant la révolte de l’amante délaissée que le désespoir lié à l’abandon. Le programme, avec le madrigal « Quando l’alba in oriente », s’achève sur l’arrivée de l’aube et la perspective de jours meilleurs. Mais c’est de la nuit et de ses pouvoirs de fascinations que l’auditeur restera demandeur.

L’interprétation, on l’aura compris, est de la plus grande qualité, même si les voix n’ont pas la beauté intrinsèque de celles que l’on trouve sur de précédentes versions. Au moelleux des timbres se substituent donc l’intelligence du texte et la finesse de l’interprétation. Maître absolu des rythmes, des colorations instrumentales et des édifices architecturaux, Alessandrini emmène vers de nouveaux sommets ses musiciens du Concerto Italiano. Un Monteverdi pour rêver, vibrer et aimer, pour vivre et mourir.

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.