tous les dossiers(1)

Armide bien servie par Les Talens Lyriques

À emporter, CD, Opéra

Jean-Baptiste Lully (1632-1687) : Armide. Marie-Adeline Henry, Armide ; Judith van Wanroij, la Gloire / Phénice / Mélisse ; Marie-Claude Chappuis, la Sagesse / Sidonie / une Bergère héroïque / Lucinde ; Antonio Figueroa, Renaud ; Marc Mauillon, Aronte / la Haine ; Cyril Auvity, le Chevalier danois / un Amant fortuné ; Judith van Wanroij, soprano, La Gloire, Phénice, Mélisse; Etienne Bazola, Ubalde ; Emiliano Gonzalez Toro, Artémidore; Douglas Williams, Hidraot; Hasnaa Bennani, une Nymphe des eaux. Chœur de Chambre de Namur, Les Talens Lyriques, direction : Christophe Rousset. 2 CD Aparté. Enregistré à la Philharmonie de Paris, Grande salle Pierre Boulez, le 10 décembre 2015. Durée 149′

 

AP135-Cover-ArmideEnfin, un enregistrement récent du chef-d’œuvre de Lully, enregistré en public, avec de , accompagnés d’une belle équipe vocale au service de cette tragédie.

Armide est le dernier ouvrage du partenariat musical de avec son très fidèle librettiste Philippe Quinault. Le sujet fut choisi par Louis XIV : les amours malheureuses d’Armide la magicienne pour le chevalier Renaud, d’après Virgile et La Jérusalem délivrée du Tasse. Cette tragédie « françoise » fut créée non pas à Versailles mais au Palais-Royal, en présence du Grand-Dauphin, le 15 février 1686. Ce fut un succès énorme, tant auprès de la cour que du public. Elle fut donnée très rapidement en France : en Avignon, à Lyon, à Marseille mais aussi à Rome, à Bruxelles, à La Haye… Son succès n’avait pas de frontières !

De nos jours, c’est une œuvre qui fut peu enregistrée au disque : (1972), Philippe Herreweghe (1983 et 1992) et Ryan Brown (2008). William Christie et ses Arts Florissants ont, quant à eux, sorti un DVD en 2008. Mais, heureusement, Armide, tragédie mise en musique par Monsieur de Lully, est apparue sur scène. La dernière version est donc celle de et ses Talens Lyriques donnée en 2015 triomphalement à l’Opéra national de Lorraine à Nancy et à la Philharmonie de Paris où elle a été enregistrée par Little Tribeca, l’équipe de l’excellent Nicolas Bartholomée, pour ce double CD chez Aparté.

Dès les danses (menuets, gavotte) du prologue, offrent une musique française rythmée et expressive. Au début du premier acte, laisse s’exprimer la colère et la déception d’Armide de ne pouvoir faire céder Renaud à ses avances : « Non, je ne puis manquer sans un dépit extrême la conquête d’un cœur si superbe et si grand ». La soprano touche à tout : des grands classiques de l’opéra à la musique contemporaine. Dans Armide, elle passe de la colère à la tristesse avec de belles nuances. Ornements et prosodie pourraient, cependant, être plus marqués. Renaud apparait à l’acte 2. La voix d’ sert parfaitement le texte de Quinault au fil de l’œuvre : pas d’excès vocaux et beaucoup de sentiments divers et variés. De la tentation de céder aux charmes d’Armide puis à son retour à la raison, il y a quatre actes pour goûter à la voix du ténor. Les autres chanteurs et le sont à l’unisson.

De la mesure, de l’expressivité et de la qualité qui amènent l’auditeur à un regret : il manque l’image aux paroles et à la musique ! Cette version d’Armide la mériterait, sans nul doute. Alors à bientôt le DVD ?

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.