tous les dossiers(1)

Philippe Gourgaud et son Imperial Live Festival à Annecy : investir dans la culture

Philippe GOURGAUD_DG_creditDgCA 44 ans, est l’actuel directeur général de l’Impérial Palace à Annecy et du groupe hôtelier PVG, gestionnaire de plusieurs établissements haut de gamme (restaurants, casino, spa, centre de congrès) dans la région d’Annecy et La Clusaz en Haute-Savoie. C’est dans ce cadre que depuis sa prise de fonction, il propose et développe l’Impérial Live Festival, un évènement qui met en avant un programmation allant du jazz au théâtre, à côté de son noyau historique, « Plaisir de Musique », consacré à la musique classique.

Formé à l’Institut Vatel de Nîmes où il étudie l’hôtellerie pendant trois ans, il se lance dans la vie active et gravit un à un les échelons. L’envie d’évoluer le pousse à se diriger vers l’international. Il part au Canada pendant près de six ans, toujours dans le secteur hôtelier : à Montréal, puis dans la région des Laurentides.

Son retour en France en 2005 le mène à la tête de différents établissements prestigieux à Bordeaux, Genève, Courchevel, Chamonix puis finalement à Annecy où il dirige depuis 2014 l’Impérial Palace racheté par PVG, puis la totalité des établissements du groupe à partir de 2015. Le domaine de l’hôtellerie étant un secteur de services visant le plaisir de la clientèle, est bien conscient qu’il est important de développer une offre diversifiée au sein d’un complexe regroupant plusieurs activités. L’événementiel culturel entre donc très rapidement dans le champ de ses préoccupations.

A son arrivée à la tête de l’établissement, la programmation artistique était peu développée. Un axe culturel existait toutefois déjà avec le festival « Plaisir de Musique », dédié à la musique classique et dont Elizabeth Cooper est directrice artistique depuis la première édition en 2005. Une programmation annuelle d’évènements divers a d’abord permis d’élargir les propositions de l’établissement, sans perdre de vue toutefois le projet de créer un festival propre au Palace qui aurait une envergure plus large, lui permettant de devenir un événement marquant de son offre culturelle. La première étape a donc été de renforcer la proposition de festival existante, en ajoutant en parallèle une programmation jazz (Les Impériales du Jazz) et une programmation tournée vers le théâtre et l’humour (l’Impérial s’amuse), ce qui a donné naissance à l’Impérial Live Festival qui fête cette année sa deuxième édition.

« Le festival Plaisir de Musique ne me suffisait pas.»

Pour Philippe Gourgaud, ces trois évènements s’articulent autour d’une seule exigence : trouver un équilibre entre le divertissement et une proposition culturelle plus profonde. Son objectif est de privilégier le qualitatif tout en gardant à l’esprit que ces spectacles doivent être accessibles (politique tarifaire, programmation etc.) et rester cohérents avec les nécessités de son établissement. Afin d’atteindre cet objectif, il s’entoure de professionnels du secteur culturel : « je sais animer et dynamiser des équipes. Pour cela, je m’entoure naturellement de spécialistes (marketing, financier etc.), il en va donc de même pour gérer notre festival. Je tiens à ce que les artistes et le public ressentent cette qualité et qu’ils puissent s’immerger pleinement dans l’ambiance de notre évènement.»

IP_VUE AERIENNE_DgC_V3 DSC00493-2_10x15_RVB-recadre

« Il n’y a pas assez d’institutions qui rassemblent au niveau culturel et même au sein de la culture, parfois, on se disperse. Notre objectif est donc d’opérer le plus possible à ce rassemblement et ce, de façon pérenne. »

Philippe Gourgaud a bien compris le changement de paradigme qui s’opère depuis quelques années dans le milieu culturel et l’importance croissante des acteurs issus de la sphère privée permettant le maintien d’une programmation événementielle artistique en région et plus largement en France. Alliant la réalité des besoins de son entreprise et la volonté de nourrir culturellement le territoire sur lequel elle s’inscrit, c’est le principe de rassemblement qui convainc Philippe Gourgaud de poursuivre cette aventure. Entre dynamisation en interne de ses équipes et rayonnement de ses établissements, c’est une alchimie alliant vision et pragmatisme qu’il poursuit depuis plusieurs années déjà : « il y a l’ambition et il y a le rêve. Le rêve c’est que la ville, le grand Annecy et la région brillent un peu plus grâce à cet investissement. L’ambition est plus raisonnable et consiste à faire grandir notre festival année après année, d’accueillir des artistes de renom qui ont envie de s’exprimer et de participer à cet évènement pour ses particularités (Edgar Moreau pour cette édition). Nous souhaitons que les habitants d’Annecy sentent que notre établissement participe à leur vie culturelle. Et le message, s’il y en a un, c’est que la culture rassemble. Nous faisons notre maximum, avec nos moyens, humblement pour arriver à ce rassemblement.»

Bien conscient que la jeunesse est le public à conquérir, Philippe Gourgaud veut projeter son modèle vers l’avenir, en souhaitant que, de plus en plus, chacun puisse profiter de cette offre : des concerts à tarifs très abordables (à partir de 12€) dans le cadre d’un hôtel de luxe au bord du lac d’Annecy.

Crédits photographiques : Portrait de Philippe Gourgaud – Vue aérienne de l’Imperial Palace © Imperial Palace

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.