tous les dossiers(1)

Rimski-Korsakov et Ravel, deux maîtres de l’orchestration dans Antar

À emporter, CD, Musique d'ensemble

Maurice Ravel (1875-1937) : Œuvres orchestrales, vol. 5. Antar, musique de scène d’après des musiques de Rimski-Korsakov ; Shéhérazade. André Dussolier, narrateur. Isabelle Druet, mezzo-soprano. Orchestre national de Lyon, direction : Leonard Slatkin. 1 CD Naxos. Enregistré à l’Auditorium de Lyon en juin et septembre 2014. Notice bilingue : français et anglais. Durée : 70’47

 

CD RavelEt de cinq ! L’Orchestre national de Lyon et le chef signent une splendide interprétation d’Antar, une musique de scène de très inspirée par plusieurs thèmes célèbres de Nicolaï Rimski-Korsakov.

Depuis longtemps animé par la musique russe, en particulier celle du Groupe des Cinq, Ravel utilisa la musique de Rimski-Korsakov (Antar, 1868-1903 ; Mlada, 1890) dont il réorchestra une partie seulement pour alimenter une musique de scène destinée à une pièce en cinq actes du poète libanais Chékry-Ganem intitulée Antar (1910). La musique emprunte également des mélodies du compositeur russe, réorchestrée par le Français. La création se déroula à Monte-Carlo le 7 janvier 1910 sous la baguette de Léon Janin puis cinq jours plus tard le Théâtre de l’Odéon abrita la première parisienne, l’Orchestre Colonne étant conduit par Gabriel Pierné.

La présente exécution rassemble des intervenants de haute qualité. Le texte d’abord revient à l’écrivain libanais Amin Maalouf qui l’écrivit en 2014. L’excellence des pupitres de l’Orchestre national de Lyon se confirme une fois encore et la direction experte de exacerbe les forces en présence, l’orchestre bien sûr, mais aussi la diction parfaite d’André Dussollier et dans Shéhérazade, la voix chatoyante de la mezzo-soprano française . La musique, orientalisante si besoin, brille par ses colorations chatoyantes, ses airs prégnants et aisément mémorisables répétés à la manière de leitmotiv, ainsi que le climat dramatique qu’elle instaure et délivre tout au long de la partition. Une véritable réussite.

Shéhérazade (1903) complète le programme. Ce bref cycle qui met en musique trois poèmes de Tristan Klingsor, un ami de , fut créé un an après Pelléas et Mélisande.

La fusion de deux orchestrateurs de génie ravira, dans Antar, les amateurs de sonorités  sensuelles, lumineuses et voluptueuses. Une authentique réussite à ne manquer sous aucun prétexte.

Banniere-abecedaire728-90-resmusica-janvier16

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.