tous les dossiers(1)

Vivaldi transcrit pour duo de clavecins par deux jeunes clavecinistes

À emporter, CD, Musique de chambre et récital

Concerti pour deux clavecins. Antonio Vivaldi (1678-1741) : Concerto pour deux violons RV 517 ; Sonate en trio op.1 n°2 ; Concerti pour flûte et hautbois RV 99 et RV 100 ; Concerto pour flûte, hautbois, violon et basson RV 107 ; Concerto pour violon et orgue RV 766 ; Concerto pour violon et orgue RV 808 ; Concerto pour flûte, violon et basson RV 96 ; Sonate en trio op.1 n°6 ; Concerto pour cordes RV 134. Gwenaëlle Alibert et Clément Geoffroy, clavecins et transcription. 1 CD Encelade. Enregistré en décembre 2016. Durée : 67’.

 

vivaldi enceladeOn sait que Jean-Sébastien Bach a transcrit pour clavecin ou orgue de nombreux concerti d’ et de ses contemporains italiens. et sont allés plus loin en choisissant de transcrire pour deux clavecins les œuvres concertantes du Prêtre Roux, selon la tradition du XVIIIe siècle. Les deux parties de clavier permettent de rendre au mieux tout le chatoyant des pièces instrumentales de Vivaldi.

Le répertoire publié à l’époque pour deux clavecins est bien mince au regard de celui pour clavecin seul. Mais on sait que l’usage domestique de la transcription pour deux claviers était courant, ainsi qu’en atteste la pratique de la famille Bach. C’est donc dans cette lignée que se sont inscrits et en réalisant leurs propres transcriptions. Ils ont choisi d’enrichir l’écriture de la basse originale pour étoffer le discours harmonique. Le résultat est une parfaite lisibilité de la forme concertante, avec le dialogue des tutti et des soli et une palette de couleurs qu’un instrument seul ne pourrait rendre aussi parfaitement. Dans les tutti, les deux clavecins nous offrent ainsi un véritable feu d’artifice sonore ; quant aux mouvements lents, ils sont ornementés avec une belle sensibilité. À remarquer : la dernière plage du disque, où les deux jeux de quatre pieds des clavecins imitent à merveille les pizzicati des violons.

On appréciera que le choix des concerti transcrits se soit porté sur des œuvres moins souvent entendues que les éternels « tubes » de Vivaldi revisités ad nauseam, avec deux sonates en trio glissées au milieu des concerti pour divers instruments.

La prise de son favorise la brillance des instruments, mais on aurait pu souhaiter que les micros soient un peu moins près des cordes. Parlons maintenant du choix des clavecins : copies récentes du Ruckers de Colmar et du Taskin d’Edimburg, ils sont assez peu différenciés dans leurs sonorités, offrant des graves généreux et des dessus chantants. Mais il semble que pour ce répertoire, le choix de deux clavecins italiens, pour leur côté percussif, eût été plus intéressant.

Signalons enfin, pour les amateurs, que la partition des transcriptions réalisées pour ce programme est disponible aux éditions Offenburg.

Banniere-clefsResMu728-90

Mots-clefs de cet article
Reproduire cet article : Vous avez aimé cet article ? N’hésitez pas à le faire savoir sur votre site, votre blog, etc. ! Le site de ResMusica est protégé par la propriété intellectuelle, mais vous pouvez reproduire de courtes citations de cet article, à condition de faire un lien vers cette page. Pour toute demande de reproduction du texte, écrivez-nous en citant la source que vous voulez reproduire ainsi que le site sur lequel il sera éventuellement autorisé à être reproduit.